Actualités

Que la Montagne est Belle 2022 - Massif du Valier (sam., 17 sept. 2022)
>> Lire la suite

Sorties du 27 juin au 3 juillet (Mon, 27 Jun 2022)
>> Lire la suite

La Montagne&Alpinisme été 2022 (Sat, 25 Jun 2022)
>> Lire la suite

NOUVEAU programme été 2022 !! (Sun, 01 May 2022)
>> Lire la suite

Licence tarif réduit pur toute nouvelle adhésion! (Sun, 01 May 2022)
>> Lire la suite

MONTAGNE EN SCENE Summer Edition 2022 (Wed, 06 Apr 2022)
>> Lire la suite

Falaise de Bonrepaux: interdiction de grimper (Tue, 01 Feb 2022)
>> Lire la suite

Les adhésions sont ouvertes!

Venez nous rejoindre en cliquant ici.

10 février 2022 : Cap de Bouirex

8h10 départ au col de Portech au-dessus de Moulis. Nous étions 5 au départ avec un temps superbe plus un chien randonneur qui se joint à nous. Après avoir passé le col des Houégues, nous rejoignons le tuc d’Augaret et nous passons au-dessus de la cabane de Caplong, puis le tuc de Sanigules, le col de Bas. Gérard revient en forme et le rythme est bon. Tout le monde suit. Nous passons le cap des Oumateix puis le pas de Tartet et enfin le cap de Bouirex où nous arrivons vers 11h45. Nous mangeons au sommet et apprécions le gâteau aux noix fait par Corinne.

Retour par le même chemin.

Merci à Gérard pour cette belle randonnée.

Bernard.

6 février 2022 : Mont Né (en raquettes)

Nous étions 9 au départ de Saint Girons et 9 (de plus) au rendez-vous à Bourg d'Oueil ce qui nous fait 18 au départ. le temps était beau mais frais. Apres quelques péripéties dues à une mauvaise surveillance du serre-file (moi-même ) nous pûmes atteindre le port de Balès et chausser les crampons. La montée vers le mont Né est assez raide mais malgré une randonneuse un peu en difficulté, tout le monde put atteindre le sommet. Au passage, nous avons rencontré le groupe de skieurs du club et nous nous sommes dirigés vers le port de Pierrefite pour manger car le sommet était un peu venté. Retour par le GRP vers Bourg d'Oueil où le groupe de Marius nous avait préparé un goûter !

Merci aux cuisinières !!! et merci à Norbert pour cette belle randonnée.

Bernard

6 février 2022 : Mont Né (à ski)

6 février 2022 : Pic de la Calabasse

Départ aux aurores depuis le parking par la route forestière de Goulau. Départ sur un sentier direction le col de Nédé puis le tuc de Pujatech en coupant par les granges. On a eu la chance d'apercevoir 5 isards au loin. On gagne le col de Quimès par la crête avant d'enfiler Crampon & Piolet pour poursuivre sur la crête étroite qui mène au tuc des Pans que l'on contourne pour regagner le Pic de Paumade. Pause au pied du pic pour rappeler les basiques de la montée en crampons. Au sommet du pic de Paumade, on redescend vers le pic de la Calabasse en longeant la crête. Et finalement l'ascension du pic de la Calabasse pour une vue au sommet à 360°C magnifique sous le soleil. Cela dit, il fait froid, on entame la descente vers la cabane de l'Herbe Soulette où l'on casse la croûte. Avant de redescendre  vers le parking du départ. 
Sortie initiative aux crampons et piolet pour ma part. Très agréable et dans la bonne humeur. J'ai apprécié les efforts de pédagogie pour m'expliquer le fonctionnement de ces nouveaux outils et le déchiffrage des paysages et des dangers observables en montagnes enneigées. C'est exactement ce pour quoi je m'étais inscrit au club : apprendre et me former sur de nouvelles pratiques alpines et le déchiffrage des dangers et des beautés de la montagne. 
En espérant que la prochaine fois, on ne trimballe pas les raquettes pour rien ! :D 
Hugo

6 février 2022 : Pic de l'Arraing

"Décidément, cet hiver 2021-2022 sera à marquer d'une croix blanche avec des dimanches sous un plein soleil. Afin de profiter d'une vue imprenable sur les sommets enneigés, le Pic de l'Arraing est choisi aujourd'hui avec une face plein sud sans neige pour une randonnée hivernale. Le départ à 10h00 depuis Balacet permet d'atteindre la cabane au col peu avant 11h00 puis le sommet vers midi. Quel panorama au sommet, sans doute l'un des plus beaux du Couserans ! Le déjeuner avec les partages attendus des victuailles permet d'en profiter au maximum. Le vent commençant à souffler, la descente est vite entreprise et le retour sera fait en passant par l'ancienne carrière de marbre pour revenir peu avant 15h00 au parking.
Vivien"

30 janvier 2022 : Tuc de Bouc (2277m) et pic de Pièle de Mil (2128m)

Première rando pour moi avec le club.

SORTIE raquettes avec Rémy et Didier co encadrant.

TUC DE BOUC 2277 M et PIC DE PIELE DE MIL 2128 m en boucle. 

Départ de FRECHENDECH après la distribution de DVA PELLE SONDE et le briefing des encadrants.

Montée assez physique (raquettes, crampons, piolet, raquettes, crampons......) vers le col de BASSIBIĖ direction le TUC DE BOUC. Nous nous 

Restaurons (hum ça fait du bien). 

Allez hop, faut repartir, dommage avec ce beau soleil et ce magnifique panorama, vers le PIC DE PIELE, là Rémy réitère les distances de sécurité, pour atteindre le pic vers 15 h30.

La descente en crampons piolet vers la chapelle de l'Izard. 

Retour au parking à 18 h.

25 km parcourus ; 1730 m de dénivelé. 

Les galettes et le cidre offerts par Jean-Louis furent appréciés. 

Groupe dynamique et très sympathique. 

Merci à tous pour cette belle journée 

Et encore merci au co encadrant pour venir du Comminges et apporter son aide et ses compétences à ce niveau de randonnée. 

Claudine

 

Photos: Didier

 

30 janvier 2022 : Formation DVA - Secteur étang de Lers

Toujours très gâtée côté météo pour ce mois de Janvier, la matinée est consacrée à la formation DVA/pelle/sonde pour les utiliser au mieux en cas de besoin. Des exercices en mono- et multi-victimes ont permis aux participants de mieux appréhender le triptyque de sécurité. Après un déjeuner au soleil au cours duquel le fonctionnement du club est précisé, nous décidons d'aller au col d'Agnes en alternant route enneigée et hors-piste. En arrivant au sommet, c'est une vue splendide qui nous attend, avec une table d'orientation pour se repérer. Le retour se fera en croisant le chemin aller avant de retrouver les véhicules. La terrasse que nous surplombions en montant nous accueille enfin après cette belle journée dans nos montagnes ariégeoises.

 

Vivien

 

Photos: Alexandre, Vivien

30 janvier 2022 : Pic de Cabanatous

29 janvier 2022 : Port de Lers

Sous un grand soleil de printemps, nous chaussons les raquettes directement depuis le parking de l'étang de Lers et commençons à prendre la route enneigée qui monte au port de Lers. Les premiers rayons de soleil de la journée nous réchauffent doucement avant que nous décidions collectivement pour varier les plaisirs et tester différentes conditions de poursuivre hors sentier pour cette journée d'initiation. Arrivés au port, nous trouvons quelques zones herbeuses dégagées pour déjeuner. Le retour se fera en boucle jusqu'au parking en passant aux deux cabanes sur le parcours. Souhaitant profiter de cette belle journée, nous décidons de longer l'étang et revenir en boucle en prenant la route qui mène au col d'Agnes. Une boisson en terrasse au soleil termine cette journée appréciée de toutes et tous.

 

Vivien

29 janvier 2022 : Tuc de Bignau

dans la bonne humeur et…. Face au Valier.

Garés un peu au-dessus de Couflens vers 1250 m, un mini-portage sur quelques lacets nous met en jambes avant de grimper en direction du col de Pause. Il nous faut les couteaux pour suivre la piste du GR10 encore toute verglacée mais rien ne saurait entamer notre volonté, ni gâcher notre plaisir. La montée jusqu’au lac d’Areau permet de se réchauffer au soleil, tout droit pour les plus vaillants et tranquillement en lacets pour les autres. Denis et Fred optent pour le col plutôt que le Tuc de Bignau trop gelé. Une pause est bienvenue avant d’attaquer la dernière montée vers le Port d’Aula (2260 m). Les touristes toulousains (ne pas compter Fred dans le lot) s’interrogent sur la proximité du Valier. Mais où se cache donc le plus célèbre sommet du Couserans si proche sur la carte ? Après railleries et quolibets, nos comparses, pris de pitié, nous promettent de nous montrer le Valier au retour….  Attirés par la blancheur des pentes espagnoles nous décidons d’aller manger de ce côté. Après le lac, le goût de la descente l’emporte et nous ne résistons pas à un petit vallon à la neige parfaite. Le panorama du déjeuner est splendide.

Il faut maintenant remonter jusqu’au col. Merci Denis pour tes lacets à la déclivité idéale pourtant à l’heure de la sieste. La descente est agréable malgré une neige changeante. Nos aimables accompagnateurs font une pause pile en face du Valier. Un triangle parfait, de force et de sobriété, c’est vrai qu’il a de l’allure ! Nous sommes encore plein d’énergie pour la dernière montée jusqu’au Cour Vic. Nous allons chercher une pente bien exposée au soleil en espérant descendre dans une neige plus douce. La journée se finit en beauté avec une délicieuse poudreuse sous le col de Pause et quelques acrobaties heureusement sans gravité.

Marie 

29 janvier 2022 : Sarrat des Chèvres

Sortie au départ de la station d’Ascou Pailhères. Nous nous hâtons d’aller récupérer le soleil sur la soulane, à grand renfort de conversions, car en bas ça caille ! Un premier sommet atteint loin de tout passage humain, en traçant dans une belle neige. La vue y est déjà immense. Première descente dans la face sud qui n’a pas voulu décailler, même à 13h. Dommage. Remontée vers le Sarrat des Chèvres sans n’avoir vu personne jusque-là. Mais ça ne dure pas car 40 raquettistes briguent la cime. Nous les laissons à leur train-train, tandis que nous dévalons la pente, dont la neige ne cesse de s’améliorer au fur et à mesure que l’on se rapproche du parking.

Cyril

23 janvier 2022 : Pic Prada

 

En ce dimanche d’hiver on annonce une journée ensoleillée pour cette sortie proposée par Alain au Pic Prada à 2712m dans les Hautes-Pyrénées. Nous sommes 11 à partir pour une sortie à environ 1500m D+. Nous laissons les voitures à Aulon pour entamer un peu de portage. Nous chaussons les skis vers les Granges pour de nouveau porter 500m plus loin. L’ensoleillement du versant a eu pour effet de faire fondre par endroits la neige. Enfin, nous passons aux choses sérieuses lors du passage d’une coulée de neige dure dans un goulot creusé par le ruisseau. Les couteaux sont de sortie pour un maximum de sécurité. Une fois ce goulet derrière nous, nous passons les Cabanes d’Auloueilh pour s’engager ensuite à l’Est de la Serre d’Auloueilh. Le temps est magnifique et le groupe progresse vaillamment à travers les vallons enneigés. Nous parvenons au sommet en passant sous le Pic de Cettiou.

Le panorama qui nous est offert au sommet est splendide. Une vue quasiment à 360° qui permet d’observer le brave Arbizon, le monumental Pic du Midi de Bigorre, le bon vieux Néouvielle et même au loin le Mont Perdu retrouvé et le volumineux Cylindre ! Pas de vent pour nous casser l’ambiance du casse-croute. Nous redescendons après la pause par le Cularas à l’Est du Pic de Bastan d’Aulon. Nous rejoignons le lac de Portaras puis les Cabanes d’Auloueilh pour une boucle. La neige est incroyable, les températures froides de la nuit et à peine positives le jour ont permis de garder fraîches les récentes chutes de vendredi. On trouve parfois de la poudreuse qui porte bien et qui donne l’impression de voler !

Nous regagnons les voitures en passant sur une portion de piste enneigée empruntée par des voitures.

Enfin, nous terminons pour un canon au débit de boisson de Sarrancolin. Après une belle bambée comme celle-ci, une bonne bière fait du bien là où elle passe (à consommer avec modération).

Alexandre

23 janvier 2022 : Cap de Bouirex

En cette magnifique journée d'hiver sous un grand soleil, nous démarrons la randonnée à 995 mètres en prenant la piste forestière jusqu'à la cabane de la Coumière, puis hors-sentier jusqu'au relai de communication avant d'attaquer l'ascension finale au Cap de Bouirex à 1873 mètres d'altitude. C'est un panorama à 360° qui se présente à nous avec le Valier en majesté, juste en face de nous.

 

Après un repas bien mérité aux rochers de Cartignos, nous entamons la descente à travers bois avec vigilance, avec des plaques de verglas camouflées sous les feuilles.

Après que nous soyons arrivés aux voitures, un goûter nous attend et c'est avec hâte que nous parlons déjà de la prochaine sortie.

 

Vivien

22 janvier 2022 : Pic de Saint-Barthélémy

Sommet du St Barthélémy en raquettes.

Très belle journée que ce samedi 22 janvier.

Nous ne sommes que trois (Didier, Rémy et moi) à partir à l’aventure de bonne heure, pour essayer d’atteindre le sommet du St Barthélémy  point culminant du massif de Tabe en Pays d’Olmes.

Notre randonnée commence au Village d’Appy à 944m. Nous prenons le sentier qui conduit à l’étang d’Appy sans atteindre celui-ci , car nous bifurquons vers la droite à 1453m en direction de la jasse de Sédars. Ensuite nous remontons le vallon jusqu’au col de Girabal 1996m. Montée très physique car neige parfois dure, parfois profonde. ( Raquettes crampons , crampons raquettes) mais le moral est là, et le soleil aussi.

Nous rejoignons le GRP du tour du massif de Tabe qui nous conduira jusqu’au sommet à 2348m. Un petit vent du nord nous fouette le visage. Nous basculons légèrement à l’abri versant sud pour renouveler nos forces.

Nous commençons la descente en direction du pic des Bugarels et le Sarrat de Bertenac versant sud.

Là aussi la neige !!! Nous rejoignons ainsi la cabane de la jasse de Sédars. Où nous rencontrons nos amis du CAF de st Girons qui eux étaient en ski de rando.

Le tour est presque bouclé. Nous reprenons le même sentier que le matin jusqu’au parking.

Journée physique certes, mais très agréable. Dommage nous n’étions que trois.

Alain

 

Photos: Didier.

22 janvier 2022 : Pic de Saint-Barthélémy – (face sud) 2348 m

Initialement prévu face nord, nous préférons tenter la face sud du sommet du massif de Tabe par peur de la glace. On se présente donc à 7 devant la piste du Sarrat du Bosquet pour un départ tardif, à 9h45, il fait encore -6.

La première partie dans les joncs, d’abord bucolique, devient un peu sportive. On « bartasse », on déchausse et on jongle avec les joncs.

Le meilleur sera pour la suite. Belle montée (tran-quil-le) et superbe descente jusqu’à la Jasse de Sédar, le retour par la forêt nous oblige à jouer les marcassins, mais on n’est pas un jour de battue, une chance.

Une belle première et un retour tardif pour profiter des bouchons tarasconnais.

Et, je ne sais plus comment le dire, on évite de finir le cul dans l’eau ! 

Merci à ce sympathique petit groupe

Denis

16 janvier 2022 : Mont Fourcat

16 janvier 2022 : Formation DVA - étang de Lers

En cette magnifique journée d'hiver sous un soleil radieux a été organisée à l'étang de Lers une formation pour apprendre les bonnes techniques pour retrouver une personne prise dans les avalanches, en utilisant un Détecteur de Victimes d'Avalanche (DVA), la sonde et la pelle. Des rappels théoriques et des exercices pratiques ont permis à 13 personnes de mieux maîtriser l'ensemble du processus.
Par la suite, afin de profiter de cette journée magnifique, une balade en raquettes en boucle sur la piste du col d'Agnès a été réalisée avant le retour aux voitures.

Vivien

15 janvier 2022 : Serra de Palomèra

Encadrant: Jean-Michel Talavera et sept Cafistes

Alain Sablé malade, donc absent.

Sortie initiale prévoyant de gravir le Pic de l'Homme, mais nous avons gravi la Serra de Paloumère car montée plus courte.

Départ au-dessus de Bagergue 1 500 m pour faire une ascension sur une neige dure mais globalement bonne.

Arrivée au sommet 13h15 à 2 400 m où nous déjeunons, puis belle descente jusqu' aux voitures.

Sortie ensoleillée pas la trace d'un seul nuage.

Frédéric J.

15 janvier 2022 : Pic du Lion

Partis initialement pour le Jambet, petite sueur froide à l’arrivée à Cazaux : il n’y a pas un pet de neige. L’entrée dans le vallon de Balencous le confirme, c’est pelé jusqu’à 1500-1600 m. On continue donc tout droit jusqu’au fond du vallon avec comme nouvel objectif, le Pic du Lion. 

Certains ont joué à qui avait le 4x4 le plus performant. Quatre boîtes de métal « en vrac » obstruent la piste ; c’est que c’est jour de chasse ici, soyons vigilants ensemble. La barrière a été ouverte pour l’occasion.

On met donc les casques pour éviter les balles. Ambiance bleus, les casques, car ça pétarade juste après le panneau d’avertissement. Je ne peux rapporter ici les propos tenus par les participants, mais on pourrait résumer par : « Sans déconner… ??? »

Bref, une fois sortis de la battue, jolie montée au col du Louron, puis le pic du Lion.

On goutte 200 m de descente côté nord, on remonte au col, le petit plus à Pouy-Louby histoire de faire 1000 m de dénivelé et des poussières. Plusieurs neiges à skier, mais très correct dans l’ensemble. 

Fin de descente plus pédagogique, on confirme pour la forme que les skis (et les chaussures) ne sont pas faits pour finir au fond d’un ruisseau. Et on suit la piste de retour avant le petit portage final de 20 minutes.

Les 4x4 ont disparu. 

Tel un fil d’Ariane, une trace rouge vif nous indique le chemin de retour.

Le sang d’un cerf et d’une biche, renseignements pris, traînés sur 500 m en voiture avant d’être embarqués dans un pick-up.

C’était une journée magnifique.

Denis

8 janvier 2022 : Etang de Lers, initiation ski rando

 Sortie initiation – Etang de Lers – Tuc de Paloumère 

 

Donc, pour commencer par la fin, une journée initiation, même s’ils annoncent une météo quasi dantesque, elle est maintenue ? Bon…

Flashback :

Arrivés au cul ou presque du chasse-neige à l‘étang de Lers à 7 vers 8h30.

Le temps de chausser et de mettre les peaux sous une agréable bruine doucement portée par un vent rafraichissant, une tête connue apparaît dans le jour blanc comme pour nous donner sa bénédiction. (Le respect de la vie privée nous empêche ici de dire de qui il s’agit, mais précisons qu’il avait des raquettes aux pieds)

 

Bref, Cyril distille ses conseils, surtout à Camille dont on fête la toute première fois en ski de rando, les autres sont plus là pour de la remise en route ou pour le simple plaisir d’être là.

Premières conversions et révision générale avant de basculer dans la Passe de Bispou, la classique remontée bucolique dans les arbres, sous les flocons, avant d’aller chercher le Paloumère. La neige est bien là, mais humide et un peu lourde. La visibilité en revanche manque à l’appel. 

Première descente, en bon leader, Cyril s’élance pour nous montrer le chemin. 

On repère bien où il faut s’arrêter avant de s’en mettre une.

Que c’est beau, le sacrifice du chef !

Descente pédagogique donc, gamelles pour à peu près tout le monde…

 

3e repeautage de la journée pour rebasculer côté étang et dernière descente un peu plus claire, mais pas franchement plus tranquille. Accueilli par un clin d’œil du soleil aux voitures (il était temps)

650 m de dénivelé à l’arrivée…

Initiation plus, plus, vues les conditions.

Merci à la joyeuse équipe

Denis

 

Photos: Camille, Claire, Emmanuelle, Alexandre, Vincent, Denis, Cyril.

 

5 janvier 2022 : Guzet, initiation ski rando

Première journée ski, journée de rêve!

Imaginez, 15-20 cm de poudreuse légère sur une sous couche plus compacte. Et tout ça tombé le matin même. A croire que c'était rien que pour nous! D'ailleurs, tout juste 4 traces nous précédaient. Ce qui a largement laissé à notre petit groupe de 6 l'espace d'imprimer les nôtres. Et puis, quelle ambiance hivernale! Le top! Au point que nous sommes même remontés, pour le plaisir d'une seconde session.

Cyril 

30 décembre : Cap de Raspe, en traversée

Dernière SORTIE de l'année du jeudi 30 décembre, dont le récit de Lisa, nouvelle jeune adhérente au club, figure ci-après.

Le cap de  Raspe point  culminant 2007 m, 7 h de rando, 1200 m de dénivelé, 12 kilometres.  

 

 

Pour commencer, ma nuit a été assez courte avec le stress de ne pas entendre le réveil de 6h.

Au final, j'étais réveillée avant mon réveil et je suis arrivée sur le parking à 7h00 pour un rdv à 7h15.

 

Nous nous retrouvons à 4 sur ce parking, avant de rejoindre Rémy, notre encadrant, et Alain le co-encadrant un peu plus loin sur la route à Engomer.

Une voiture a été laissée au point d'arrivée car celui-ci était différent du point de départ.

 

Départ du parking de la Pucelle vers 8h après avoir chargé nos sacs de tout l'équipement d'hiver : raquettes, crampons, pelle, sonde, et DVA sur nous.

Nous entamons l'ascension de la montagne en zig-zag.

C'est ma première rando conséquente depuis très longtemps et je ne savais pas du tout comment me jauger sur les niveaux de randos auxquels je pouvais prétendre : N1 / N2 / N3 ?

 

Le début fut assez rude il faut bien l’avouer : muscles à froid, sac beaucoup plus lourd que d'habitude, et je voyais devant moi les 5 soixantenaires (ils ont + du double de mon âge) monter assez tranquillement : mon angoisse de devenir "le boulet de service" ressort à ce moment-là, mais le mental était là.

En montant, j'avais qu'une envie c'est de m'arrêter pour enlever une épaisseur de vêtement, mais ne voulant pas retarder le groupe, j'ai attendu que l'on s'arrête tous à un croisement.

 

Au bout d'1h10 de marche, nous avions gravi 626 m de dénivelé.

 

Quelques encablures avant d'arriver au sommet, nous avons entendu non loin 2 départs d'avalanches sur l’autre versant de la vallée.

Le dernier raidillon avant le sommet nous donne l’occasion de chausser les crampons et au bout de 3h après 1200 m de montée nous atteignons le sommet du Cap de Raspe à 2033 m d'altitude.

 

Je n'en avais jamais utilisé avant ce jour.

Rémy m'a montré comment les mettre et chacun de l'équipe m'a donné quelques conseils d'utilisation et de sécurité.

Idem pour le piolet.

 

La pause déjeuner fut très agréable et je me suis sentie bien intégrée au sein du groupe. De plus, le soleil était parmi nous avec une vue splendide sur les sommets des alentours.

 

Je leur ai présenté mon "pisse-debout" qui en a fait rire certains sur les interrogations que cela puisse causer auprès de quelqu'un qui ne connait pas cet accessoire et me voit pisser de dos.

 

J'avais beaucoup de questions, notamment au niveau du matériel et des techniques d'utilisation, auxquelles chacun m'a répondu avec plaisir.

Afin de choisir le meilleur itinéraire pour redescendre vers les cabanes du Trapech, sans prendre de risques évitables, Rémy a recueilli les avis des autres membres de l'équipe qui étaient expérimentés, et a su les écouter pour en faire la synthèse. C'était chouette de voir que même en tant qu’ "encadrant", personne n'adoptait le rôle de "leader" où il n'y a pas d'échange possible.

Rémy nous a briefer sur les distances de sécurité nécessaires pour descendre sans créer une faille dans la neige qui pourrait déclencher une avalanche, et veillait à ce qu'elles soient bien respectées.

Nous nous sommes arrêtés aux cabanes que l'on a croisées : Clos du Lac (dite du Bombol), col de Part, et celles de Trapech où l'on ne s'est pas arrêtés car on contournait les coulées de neige et faisions attention à ne pas redéclencher d'avalanche.

J'avais beaucoup entendu parler de ces cabanes, mais n'avais jamais eu l'occasion d'en visiter, je fus assez impressionnée de la construction, du confort minimaliste et de la propreté de ces lieux.

 

Je n'ai eu aucune appréhension, bien que n'ayant très peu de notion de sécurité en montagne enneigée. Je me sentais en sécurité et bien drivée par l'équipe.

 

Nous avons terminé par une longue descente assez glissante pour rejoindre le parking de la Maison du Valier, où étaient garées les voitures déposées le matin.

 

Très belle randonnée, et belle équipe,

avec qui je repartirai en rando sans hésiter ;-)

 

Lisa

 

Photos: Jean-Louis, Alain.

 

 

23 décembre : CABANE DU PIEJAU AU COL DE LA CROISETTE

Départ du Portet d'Aspet à 1069 m pour 5 adhérents (es) dont deux encadrants. 

La couche de neige et la douceur de ces derniers jours invitent à la prudence. 

Équipement complet avant le départ du parking. 

La neige a bien fondu sur la large piste qui nous mène au col de BĖNE à 1206m.

Après avoir chaussé les raquettes nous nous élevons rapidement dans la forêt. La première cabane du BAZET à 1478 m que nous délaissons sur notre gauche pour gravir le dôme arrondi du PUECH 1669 m. Le sommet est bien enneigé et présente une longue et large congère.

Le panorama est grandiose et bien ensoleillé, puis c'est la descente vers le col de la CROISETTE à 1469 m et le col et la cabane du PIEJAU à 1443 m.

La cabane est spacieuse. Elle accueille souvent les chasseurs de palombes, le col étant réputé pour le passage de ces migrateurs au mois d’octobre. 

La température est clémente ; nous sortons la table et les bancs pour la pause déjeuner. 

Pour le retour nous empruntons un autre itinéraire en direction du village de COUÉOU. 

La descente est un peu raide et après une demi-heure nous abandonnons le sentier pour survivre l'ancien chemin en écharpe qui ramène au col de 

BĖNE. Ce sentier présente la particularité de suivre constamment la limite de la forêt domaniale de st Lary, ce qui prolonge considérablement le retour.  

Cet itinéraire est un peu sauvage, souvent semé d'embûches. 

Après une dernière montée un peu raide nous revoilà au col au pied de la palombière. 

Nous n’avons pas eu besoin de chausser les raquettes pour le retour qui s'est terminé vers 16 h.

Encore une superbe balade de repérage pour la fête du nouvel an.  

Merci à Rémy et Didier  

Jean-Louis. 

Photos : Didier  

19 décembre : Gazet

Partis du lac de Bethmale à 09h00, nous empruntons la piste forestière du Mount Ner et nous pouvons mettre les raquettes après une petite marche d'approche, compte-tenu des importantes chutes de neige de la semaine précédente. Après 45 minutes, nous quittons la piste près d'une grange en ruine pour poursuivre tout droit jusqu'à arriver à une nouvelle grange et rattraper la piste forestière. 100 mètres à gauche, nous empruntons le GR10 qui nous conduit après une partie hors-sentier jusqu'à la cabane d'Eliet. Encore 20 minutes et nous arrivons enfin au Gazet, sommet de cette sortie. Après déjeuner, nous redescendons par le GR 10 et empruntons la piste forestière sur une plus longue portion pour varier le parcours.

Vivien

19 décembre : Pic des Trois-Seigneurs depuis l'étang de Lers

 Pic des 3 Seigneurs de puis le Port de Lers

Depuis plus d’une semaine un anticyclone stationne sur le territoire français et dans les Pyrénées le temps est au beau fixe. Aujourd’hui pas un nuage et pas de vent. La pleine lune éclaire le parking de la gare de Saint Girons. Nous sommes quinze personnes à sortir aujourd’hui. Alain encadre et Frédéric co-encadre. Le départ de la sortie ski de randonnée se fait à l’étang de Lers, la route n’est pas déneigée jusqu’au Port de Lers. Le soleil éclaire à peine le Pic de Lanote et les reliefs du Mont Béas et donc départ à l’ombre dans une bonne ambiance de ski de fond pour monter doucement en température. La montée au Port de Lers permet de faire chauffer un peu plus les cuisses à travers les vallons du bord de route.

Le soleil nous attend au Port et nous montons sur le versant Est de la crête du Pic de la Fontanette. Une ancienne coulée dans la combe du ruisseau de Menthé nous oblige à un contournement, le groupe d’Alain passe par le dessus, le groupe de Frédéric passe par en dessous. L’équipe de Frédéric se heurte à un dévers un peu gelé que nous décidons de contourner en faisant demi-tour pour rejoindre Alain par le dessus. Les couteaux et les crampons sont déjà mis à l’épreuve car les températures glaciales de la nuit ont rendu la neige dure ; sécurité avant tout. Une fois la totalité du groupe réuni de nouveau, une magnifique vue sur la destination de la journée s’offre à nous : le Pic des Trois Seigneurs. Son nom provient de la légende selon laquelle les trois seigneurs des vallées de Vicdessos, Massat et Rabat-les-Trois-Seigneurs, se rencontraient en son sommet afin de parlementer à propos des lois et droits des différentes vallées qu'ils administraient.

Un tiers de la distance a été effectué, le temps est formidable et l’avancée se fait dans la bonne humeur. Une succession de montées et descentes fait que cet itinéraire cumule 1400m de dénivelé positif. A plusieurs moments, il faut passer des petites descentes avec les peaux, certains les enlèvent pour profiter de sensations à ski. Lors de la dernière montée, un passage en neige dure nous oblige à utiliser de nouveau les couteaux tout en faisant 2 ou 3 conversions techniques. Plusieurs écoles ici : ceux qui sortent les crampons direct pour plus de sécurité, ceux qui mettent les couteaux et celui qui monte normalement. Chapeau bas pour ce-dernier !

Après de courtes pauses, nous entamons la dernière montée sur une pente douce bien exposée, la neige porte bien et a déjà été transformé par le soleil ; il est presque midi déjà. Arrivé sous l’arrête sommitale, un espagnol nous double à fond tellement que Frédéric a senti le vent à son passage ! De notre groupe, Andy est le premier à atteindre la croix du Pic des Trois Seigneurs. L’équipe se restaure au sommet avec une vue époustouflante sur la chaine des Pyrénées. La bonne position du Pic dans le piemont du massif permet d’avoir une vue panoramique sur des montagnes environnantes, et même sur les panaches de fumée de la centrale de Golfech !

Nous entamons la descente après un court moment de digestion. Il ne faut pas attendre, les pentes exposées au soleil sont parfaitement skiables et nous devons en profiter au plus vite. C’est un régal à la descente, la neige est souple, une sous-couche dure permet une bonne accroche. Arrivés dans le creux d’un vallon, une partie du groupe qui a encore de l’énergie va remonter les pentes à l’Est du Pic de Barrès pour prolonger le plaisir. Suite à de beaux virages en précision, il faudra remettre les peaux une dernière fois pour aller se poster au-dessus de la coulée du matin et ainsi descendre vers le parking. Ce sont quasiment les derniers instants au soleil et nous profitons de cette neige excellente pour regagner le Port de Lers, grisés par les sensations. Un changement de dernière minute fait que nous descendons en ski plus bas que les voitures, dans la Serre de Gas, le long du ruisseau de Courtignou. Au pont de Lamarda, un membre de l’équipe nous attend avec son fourgon pour nous remonter au Courtal de Bastard où les voitures sont garées. Il fut convenu qu’il continue seul jusqu’au parking pour descendre nous réceptionner. Cette dernière partie, en neige glacée d’abord et lourde ensuite dans la Serre de Gas, était sauvage ; entre houx et genévriers.

Une belle rigolade au retour dans le fourgon, vas-y chauffeur si t’es champion, appuie sur le champignon ! Une mousse s’imposerait pour débriefer mais les bars sont fermés à Saint-Girons. Rendez-vous pour la prochaine sortie avec le CAF de Saint-Girons.

 Alexandre

Photos: Frédéric et ...

19 décembre : Pic de Soularac (2368m)

Ascension du point culminant du massif de Tabe-St Barthélémy, par le versant sud (carrière de Trimouns).

Nous étions seuls sur cette belle course à la progression variée (ski/crampons piolet), et à la vue inénarrable tant elle est gigantesque.

Cyril

18 décembre : Journée formation neige et avalanches - Acte 2

Ce matin-là, nous étions sept participants pour la formation DVA et Secours montagne, dont quatre d’entre nous novices. 

Yannick nous donne rendez-vous à Saint Girons à 8h pour monter ensemble à Guzet où cette formation durera la journée.

Là-haut, le groupe formé par Elodie, Mika, Hervé, Gwenolé, Emmanuelle, Denis et moi-même.

Sur le parking Yannick distribue les DVA sondes et pelles. 

On s'équipe et nous voilà partis pendant quelques minutes sur la piste nordique pour rejoindre le lieu où se déroulera la formation. 

 

Nous avons appris le fonctionnement et à nous servir d’un DVA. 

Recherche du signal, recherche approximative et recherche fine, utilisation de la sonde.

Puis est venue la mise en pratique tour à tour, tout en étant chronométré... 6 minutes était le délai pour retrouver les deux « victimes » qui n’étaient autre que les DVA dans des sacs enfouis sous 80cm de neige.

 

Pendant ce temps, le reste du groupe collabore à la construction d’un abri de secours, on y serait bien restés passer la nuit, mais il manquait quand même quelques vivres. 

 

Puis vient l’heure tant espérée du graillou sous un magnifique soleil.

 

L’après-midi, Yannick et Hervé nous ont montré quelques techniques de descentes en rappel et de corde fixe pour clôturer la formation.

 

Après cette belle journée ensoleillée et très intéressante, nous retournons aux voitures et en profitons pour fêter l’anniversaire d’Elodie qui nous avait apporté croustades et cidre.

 

Manon

18 décembre : Tuc de la Coume

Samedi 18 décembre, pour ma première sortie raquettes avec le CAF de St Girons, rien ne manque, un soleil radieux dans une atmosphère assez fraîche, de la neige en quantité et qualité et un groupe sympa et joyeux !

Au programme, le tuc de la Coume. Depuis St Girons direction Oust, Ercé puis Cominac. Après le village, une route forestière part sur la droite et nous mène au départ du sentier.

Nous partons tout d'abord à pied, 7 messieurs de tous âges dont Rémy et Didier comme accompagnateurs, et moi-même, 

Équipement complet, raquettes, piolet, crampons et bien sûr l'Arva que certains avaient revu ou découvert le dimanche précédent à Guzet pendant la journée de formation.

Rapidement, une neige molle nous oblige à chausser les raquettes. A la sortie du bois, chacun arme son Arva en mode émission avant de passer devant Rémy. Ça bipe, ça sonne, c'est parti pour la grimpette en zig-zag vers la crête.

Avant d'arriver en haut, nous profitons d'une neige portante et assez gelée pour chausser les crampons. Découverte pour l'un d'entre nous, les autres sont de "vieux habitués ", piolet dans une main, bâton dans l'autre. 

Le programme avait annoncé 850 m de dénivelé. Mais Rémy, nous voyant en forme, propose un détour vers un petit sommet "le pic de Balmiou à 1611m d'altitude. C'est l'occasion d'admirer de belles plaques à vent sur la crête, contournées avec précaution, avant de découvrir une vue époustouflante sur le massif du Valier. L'endroit est idéal pour le casse croûte qui sera pris après un rappel DVA pour Jean, Jean-Paul et Michael qui disposaient déjà d’un niveau d’initiés. 

Le groupe redescend ensuite par la même crête pour remonter au tuc de la Coume à 1745m.

Légèrement en contre bas du sommet, on peut lire sur une plaque de granite un très bel hommage à un randonneur décédé. Je regrette de ne pas avoir gardé en mémoire ce texte émouvant. 

Puis c'est la descente, prudente au début, et jamais très marrante en raquettes... La vue est splendide sous le soleil et la neige tellement épaisse qu'elle recouvre les piquets de clôture que l'on devine par de petits monticules à intervalles réguliers. 

Après un petit détour involontaire sur de mauvaises traces, nous rejoignons le sentier en dévers que l'on devine sous la neige. 

Il faut retraverser le bois pour terminer cette belle rando dans la neige boueuse du chemin forestier ! 

1000m de dénivelé et le sourire à l’arrivée. 

A bientôt et merci aux accompagnateurs. 

 

Corinne

 

17 décembre : Pic des Pedrons

Objectif : Pic dels Pedrons (Alt: 2715m)

 

Date = vendredi 17 décembre 2021

Accompagnateur = Yannick

Météo = exceptionnelle

Groupe = 4 personnes (Rachel, Andrew, Yannick et Jérôme)

RDV = Saint-Girons 8h00

Lieu de départ = parking avant la Douane du Pas de la case (Alt: 1880m)

Départ vers = 10h

Arrivée vers = 17h

Durée de déplacement = 2h37

Dénivelé total =  900 mètres (12km)

 

Deuxième sortie avec le club pour moi et première en ski de rando ! Après 30 minutes de marche halte pour un rappel de 2h sur de l'utilisation du DVA et quelques exercices pratiques.

 

Nous repartons pour 1h00 d’ascension et faisons une courte pause déjeuner avec vue sur le Pas de la Case.

Nous atteignons le sommet skis sur le dos et crampons au pieds à 15h40.

 

Le retour s’est effectué à ski avec des conditions de neige changeantes mais assez bonnes.

Une nouvelle fois une miraculeuse croustade à la myrtille nous attendait à la voiture. Une superbe journée avec un groupe super sympa et homogène. 

 

Jérôme

12 décembre : Tuc de la Courate

12 décembre : Guzet - Sécurité neige et avalanche

C'est un groupe de 8 nouveaux adhérents qui a participé à cette journée. 

C'est le secteur de Guzet qui avait été choisi.

Départ du parking au bas des pistes après avoir équipé les participants du matériel nécessaire. 

Nous chaussons les raquettes pour rejoindre le site choisi qui avait servi la veille au groupe de Yannick et Cyril. Merci pour ce magnifique IGLOO. 

Tous les participants ont été très attentifs aux explications et commentaires des deux encadrants diplômés REMY ET DIDIER. 

La mise en pratique a été tellement appréciée de tous qu'ils en ont redemandé, et ce jusqu'à 16h30. 

 

Après cette belle journée ensoleillée et très enrichissante pour la sécurité de nos adhérents, et avant de se séparer, le pot de l'amitié au bistrot de la station fût apprécié de tous. 

Jean-Louis

  

Photos Didier 

12 décembre : Mont Ceint - pratique DVA

11 décembre : Formation neige et avalanches - DVA

Une journée qui a commencé sur une route particulièrement bien enneigée jusqu’à la station de Guzet. Nous étions les premiers sur le parking (si l’on excepte les flocons qui virevoltaient). Ils se sont vite éclipsés pour nous laisser profiter d’une neige d’exception, tant dans la quantité que la qualité. Un peu à l’écart, nous avons pris possession de trois hectares de poudreuse pour y enfouir et rechercher les DVA, sonder, pelleter…. Et évidemment y bâtir un bel igloo. Bref, un labourage en bonne et due forme !

Maintenant que tout le monde est familiarisé, il n’y a plus qu’à aller arpenter nos montagnes décidément bien garnies. Noël avant l’heure…

Cyril

21 novembre : Table des Quatre Seigneurs

Partis à 09h30 depuis le parking du centre aquatique à Saint-Girons, nous gagnons rapidement le quartier de Beauregard pour récupérer le sentier des Chemins de la liberté pour arriver jusqu’à Eycheil. Un bref passage sur la route nous conduit jusqu’au départ de la piste proprement dit. Sèche au démarrage, elle s’avère être très rapidement boueuse après les dernières pluies. Nous prenons le sentier des falaises pour arriver in fine à leurs pieds qui est passé sans encombre grâce à une vire solidement attachée. Encore une dernière montée nous conduit à la Table des 4 Seigneurs, qui n’offre pas de vue aujourd’hui sur la ville de Saint-Girons juste en bas. Nous descendons ensuite en suivant le sentier balisé puis une nouvelle piste pour revenir en boucle au croisement du matin. Les derniers efforts nous permettent de retrouver le parking après une longue journée mais sans les pluies annoncées.

 

Vivien

20 novembre : Pic de Pomebrunet

Objectif pic de Pomebrunet,

 

Date = Samedi 20 novembre

Groupe = 7 personnes

RDV = Parc des expos de St Girons - 6h50

Départ = Maison du Valier 8h15

Arrivée = 18h15

Durée de déplacement = 5h55

Dénivelé prévu = 1650 mètres

Dénivelé réalisé = 1450 mètres (21 km)

 

Première sortie avec le club pour moi et un objectif ambitieux au regard du terrain peu favorable ! D’abord sous la semelle puis à la cheville et finalement régulièrement jusqu’au genou la neige nous a surpris et a fortement réduit notre rythme. Nous avons utilisé 2 chasse- neige  très efficaces (Yannick et Didier) qui ont valeureusement tracé la route.

Après avoir chaussé les crampons au-dessus de l’étang de Milouga dans une neige profonde nous avons progressé jusqu’à surplomber l’étang de Cruzous. Il était alors évident que par prudence le mieux était de s’arrêter là. Pique-Nique sous le regard du Valier arrosé d’un petit coup de rouge que Didier a eu la bonne idée d’emporter… (et de porter !) 

 

Le retour s’est effectué à un rythme élevé et s’est fini à la frontale. Deuxième surprise de la journée, une miraculeuse croustade à la myrtille et une bonne bière ! Merci Yannick. Une superbe journée avec un groupe super sympa ! 

 

Il faut distinguer la ténacité de l’obstination : savoir insister et persévérer au bon moment, savoir aussi se retirer et renoncer quand il faut… Citation de « Shafique Keshavjee »

 

C’est ce que nous impose la montagne… le sommet sera pour une prochaine!

     

Jérôme

 

13 novembre : Tuc de Berbégué

Départ de la barrière à l'entrée de la piste qui mène au col de Pause. Nous avons cheminé sur le GR 10 jusqu'au col de Pause, puis vers le port d'Aula. La plafond est bas au début  de la randonnée mais nous restons confiants dans la météo, et effectivement le ciel se découvre peu avant le col de Pause  et un beau ciel bleu nous accompagne jusqu'au premier sommet, le Tuc du Bignau. La neige est assez dure par endroit et nous préférons chausser les crampons et sortir les piolets. Nous atteignons ensuite le Tuc de Berbégué par une crête peu difficile avec vue du côté français sur la mer de nuages et de l'autre côté, sur les chaînes de montagnes espagnoles ensoleillées. Après nous être restaurés, nous poursuivons sur les crêtes vers le Pic de Gariès puis le Pic des Accenteurs. La brume est montée et nous a rejoints, la neige a ramolli et devient  glissante. Yannick nous conduit avec carte boussole dans un épais brouillard le long de cette crête,  jusqu'à ce que nous finissions par repasser sous les nuages. Retour humide vers les voitures à la tombée de la nuit.

Belle randonnée de 1550m de dénivelée,  8h30 de marche et 18Km.

Jean Francois

 

Photos: Mika, Yannick.

 

12 novembre : Pic de Montaud

L'objectif du jour était le Pic de Montaud 2496m mais au vu des conditions météorologiques nous avons stoppé notre ascension au Port de Salau 2087m.

Le départ se fait du parking de Peyrots après le village de Salau. 

Le sentier GR T57 qui mène au Port offre l'occasion de découvrir son histoire et ses vestiges : des panneaux en français et catalan jalonnent la montée et racontent l'histoire de Salau. 

En effet ce fut un haut lieu de passage entre la France et l'Espagne. 

Une grande fête annuelle, la Pujada, s'y déroule chaque année depuis presque 30 ans. 

Sur le retour nous avons fait notre pose repas dans un ancien abri hémi-cylindrique dénommé cabane de Lannes.

 

D+1200m

 

Élodie

11 novembre : Marche active

Sortie encadrée par Gérard (20km/3h50 de marche et 45 minutes d’arrêt)

 

Nous étions quatre au rdv fixé à 10h sur le haut du village de Buzan par Gérard lorsque j’ai rejoint le groupe composé de Christine, Lylou et l’encadrant.

Par cette belle journée d’automne commencée sous un ciel nuageux nous entamons énergiquement le parcours composé de montées et descentes successives à travers les sous-bois. Les éclaircies se succèdent et nous cheminons sur des pistes en direction de Galey que nous atteignons un peu avant midi, puis nous rejoignons par le col du Lac la piste de la Route Forestière de Bellongue Nord située plus haut où nous effectuons la pose principale du repas. Le compteur accuse déjà 13km effectués à la moyenne de 5,6km/h. 

 

Par la suite nous effectuons le retour légèrement nord-est par cette même piste principale sous le Tuc de Graué avant de prendre une nouvelle piste sud-est qui descend de manière régulière vers Buzan où nous arrivons vers 14h45.

A souligner un groupe homogène où Gérard et Rémy étaient en cours de réadaptation à l’effort. Cette virée, la seconde du genre, démontre s’il en était besoin que l’activité peut intéresser des participants sur un itinéraire de Soulane en moyenne montagne offrant un spectaculaire balcon sur les hauts sommets du Couserans avec un point de vue à 180° sur la vallée de la Bellongue et les pics plus au Sud du Valier jusqu’à la Calabasse. 

 

Rémy 

 

Photos: Christine

10 novembre : VTT à la Serre de Rapheu (Oust)

Départ de Oust pour monter à la Serre de Rapheu. Piste sympa au départ, mais qui donne le ton : ça va être gras… Après un peu de goudron pour prendre de l’altitude, nous bifurquons sur un chemin plus vert et… marron. De bons gros coups culs, secs mais intenses (sec, au sens figuré, parce qu’au sens propre, c’est bien humide…) qui lancent le cardio dans les tours.

Sur la Serre de Rapheu… C’est gras de chez gras. Et pourtant, les premières précipitations ne sont là que depuis une heure à peine. Le vélo chasse, le pilote le remet dans les rails… Une composition de tous les instants entre l’homme et de la monture, parfois acrobatique. Et pendant ce temps, la bruine légère est devenue crachin… de plus en plus épais.

La seconde partie de la descente offre de beaux single-tracks dans les feuilles (et les pierres fourbes qui s’y cachent… ; concentration de rigueur) et maintenant sous la pluie… Mais à ce stade, on n’y pense plus car le cerveau est à 100% sur le terrain. Terrain qui se dérobe régulièrement sous les roues. Ça remonte, ça redescend, c’est toujours ludique. Beaux parcours en forêt. La boucle est toutefois écourtée, car le cuir de l’échine commence à sentir l’humidité.

Bref, une sortie sportive, mais très intéressante. A refaire absolument par temps sec !

Cyril

7 novembre : Tuc de la Pale - Cap de l'Empaillou

Photos: Didier

7 novembre : Marche nordique - L'Estelas

Sortie marche nordique sur la piste forestière de SALEGE.
Très bon moment partagé avec un groupe sympa, dynamique.
En arrivant en haut, joli panorama sur nos chères montagnes pyrénéennes puis descente en petites foulées.

Christine R.

4 novembre : Escalade en salle - Gymnase Buffelan

28 octobre : Boucle d'Urets

Par une matinée très fraîche, départ du Bocard d'Eylie (au bout de la vallée du Biros) et montée par le GR10 vers le col de l'Arech. Avant de l'atteindre, on bifurque sur la droite et on entame une traversée à flanc de montage jusqu'au barrage d'Urets, en passant devant la cabane d'Artignan.  Le versant est resté à l'ombre avec du givre sur le sentier et les petits ruisseaux sont en glace. Le soleil finit par passer au dessus des crêtes vers midi et nous profiterons d'une très belle météo pendant le repas.  Lors du retour par la vallée d'Urets, nous trouverons un petit isard peu farouche au milieu du sentier, qui y restera le temps de nous laisser prendre quelques photos. Nous étions certainement les seuls dans ce coin en ce milieu de semaine.

Jean François

24 octobre : Pène deth Pouri (traduire : Falaise du Poulain)

Circuit par le lac Bleu à l'aller et le lac d'Ourrec au retour.

Un départ au lever du jour depuis le Chiroulet. Une légère gelée blanche, que nous oublierons vite dans la montée au lac Bleu. C'est à son niveau que nous nous retrouvons au soleil, et rapidement le ressenti devient vraiment chaud. L'ascension se poursuit toujours sans difficultés jusqu'au sommet que nous atteignons peu après midi. Super panorama de l'avis de tous, pour une pause bien gagnée. Ciel toujours aussi bleu. 

Après consultation du groupe, tout le monde est disposé pour une descente vers les cabanes de Mourède, puis au lac d'Ourrec.  Retour assez long, en faux plat, en longeant l'Adour de Lesponne... Alors que notre solitude se trouve brusquement remise en cause !

Météo exceptionnelle pour un 24 octobre, avec une petite équipe (4 randonneurs) très avenante ! 

Merci Didier pour cette belle randonnée.

Altitude 2587 m, dénivelé 1650 m, 22 km, 7h30 de marche.

24 octobre : Turon d'Ars

Les premières gelées matinales d'automne nous obligent à sortir les premiers vêtements d'hiver et nous entamons la randonnée sur un sentier encore vide de randonneurs. Les couleurs automnales jaillissent à travers la forêt et nous apercevons la cascade, toujours aussi impressionnante, même en cette année peu pluvieuse. L'ascension par la gauche de la cascade permet de rejoindre la passerelle, contrastant ainsi entre la force de la chute et l'écoulement paisible au-dessus. Nous bifurquons alors vers l'Espagne en suivant les marques jaunes et découvrons une succession de lacs que nous finissions par surplomber pour rejoindre la cabane du Turon d'Ars après 3h30 d'ascension. Le grand soleil permet d'apprécier d'autant plus le déjeuner bien mérité. Nous descendons ensuite dans le vallon pour rejoindre la rivière et réaliser ainsi une boucle avant de rejoindre la passerelle. Le retour s'effectue par le chemin de l'aller et les jambes commencent à se faire lourdes arrivées au parking. 

 

Vivien

 

17 octobre : Mine de Lina

Quelque part au fond du Couserans se cache une ancienne mine d'où était extrait de l'argent et du cuivre. Sa visite permet de mieux comprendre les méthodes d'extraction à la fin du 19ème et début du 20ème siècle. Site remarquablement conservé mais dans lequel la nature a déjà grandement repris ses droits, le processus de traitement pour extraire les métaux est  encore visible avec 2 cheminées et l'emplacement de l'ancien four.
Un grand Merci à Nicolas pour cette découverte nature et patrimoine industriel.

Vivien

 

photos: Yannick.

17 octobre : Sarrat de la Pelade

10 octobre : Rando en Aragon

Belle randonnée proposée par DIDIER LAURENT pour le CAF. 

Départ du parking de la vallée de la GELA à 1380 m avant le tunnel de BIELSA.

Le large sentier qui serpente la vallée et longe la Neste témoigne d'une grande activité dans ces montagnes. Les versants herbeux sont bien entretenus par les troupeaux de vaches et brebis. Après 1h 30 de marche nous atteignons le magnifique cirque de BARROUDE avec sa succession de lacs à 2360 m.

La montée sur le port de BARROUDE à 2530 m qui  surplombe les étangs est grandiose.

L'ascension du BARROSA à 2762 m ne l'est pas moins. Le sommet est atteint à 12 h 10 min. (Pause déjeuner au sommet) face au Mont Perdu bien enneigé. Après ce bon moment au soleil sans vent avec une vue imprenable sur les montagnes environnantes, il fallut repartir pour enchaîner le Soum de BARROSA à  2774  m, le pic de  port Vieux 2723 m et sur  la boucle  du retour le pic de l’Aiguillette 2517 m.

Retour au port de l’Aiguillette pour rejoindre la vallée de la GELA et le parking à 17 h.

Merci à Didier pour cette super rando dans ce magnifique endroit où on en oublie vite les heures et les kilomètres de route pour s’y rendre. 

 La randonnée 23 km 1600 m de dénivelé 9 heures pause comprise.

Jean-Louis

 

Photos: Didier

 

9 octobre : Tuc des Hèches en boucle

Tuc des Hèches (2585 m)

8h00, départ du Pla de la Lau. 11 motivés sont au rendez-vous donné par Yannick. 

La randonnée commence par une marche dynamique. C'est du plat !

Avant la première passerelle, on bifurque vers Sud-Ouest, pour suivre la vallée de Peyralade. La montée est raide mais agréable, dans le bois de hêtres. On fait une première pause à la cabane de Peyralade. Le ciel est bleu, la mer de nuages envahit la plaine, les isards nous surplombent, tranquilles.

Mais à partir de là, « y a un truc qui change ». 

Nous quittons le sentier balisé et nous passons du randonneur pépère au randonneur en mode isard. En prenant la direction Sud-Est puis Est, nous longeons d'abord un ruisseau, puis nous suivons une longue pente recouverte de rhodo, de gispet, plus tout le reste.....Wahou, ça pique ! 

Après un long combat, on arrive tous et entiers au Tuc de Légnès (2241 m). Là, on se pause, histoire de contempler d'un côté la vallée du Barlonguère et de l'autre les vallées du Riberot et du Muscadet. De là-haut, c'est super beau ! 

Mais comme il paraît qu'on n'est pas arrivés, nous redescendons, toujours en mode isard, au Coue de Bachères (2176 m). De là, nous attaquons enfin l'ultime montée qui nous mène, en suivant l'épaule, au Pic de Renoué (2517 m). Utile de préciser qu'on est toujours en mode isard ....

Arrivés au Pic de Renoué, la paysage est magnifique ! La température est agréable, des isards font le spectacle. Tout proche, le Tuc des Hèches nous attend. Il suffit de longer la crête pour y arriver. Au sommet, enfin, on se pause pendant plus d'une heure pour manger, contempler et coincer la bulle.

Trop bien !

Vers 15h00 largement dépassées, comme on a oublié les sacs de couchage, on se dit qu'il est temps de redescendre. On suit le chemin balisé du Port de Barlonguère au Pla de La Lau en passant par l'étang Long, l'étang Rond, la Cabane de Caussis et la cascade de Nérech.

Arrivés à la voiture, il fait nuit. Pas grave ! On s'asseoit par terre et on déguste une délicieuse tarte aux pommes préparée par Yannick. On boit aussi son cidre pour fêter notre rando isardesque, avec au compteur : 22 kilomètres et 1900 mètres de dénivelé positif.

Merci à Yannick pour son idée originale hors sentier et merci aux autres marcheurs, motivés.

Muriel

PS : FB a déclaré au sommet du Tuc des Hèches : « la saison de ski de rando peut commencer, y a 5 cm de neige en haut du « MaubermE » . 

Y en a un, vraiment, qui ne supporte pas l'altitude....

 

Photos: Yannick.

 

29 septembre : VTT col de Péguère - Cap de Moncaut

La boucle initialement prévue en Barguillère tombe vite à l’eau une fois sur place. Plouf… Ca mouille. Un brouillard à couper au couteau. Nous décidons de gagner les hauteurs du Massatois pour espérer s’extirper des masses nébuleuses. Une sortie totalement improvisée du coup. La brume persiste, mais le soleil finit quand même par se montrer une fois un peu de dénivelé perdu. Bien nous en a pris car le parcours est somptueux. Un excellent single dans la hêtraie, muni de quelques portions plus techniques. Ca ne dure toutefois pas, et les fougères exubérantes et autres ronces viennent de temps à autre donner un peu de piquant, et de grippant. Les kilomètres défilent, le dénivelé s’affole, mais à nouveau de belles portions boisée avec une brume particulièrement dense nous plongent dans une ambiance peu commune, féérique. Une impro réussie, à refaire par beau temps !

Cyril

29 septembre : VTT en Barguillère

Une sortie en Barguillère, sur les hauteurs de Ganac. Direction le col du Calmil, sous le Picou, pour une (longue) descente sportive. Sur le parcours, chevrette et son faon, cèpes et girolles, brames de cerfs, soleil… et un peu de « gras » dû à la pluie du matin.

26 septembre : Pic de Cabaillère

25 septembre : Un nouvel encadrant breveté au club!

C'est le troisième encadrant ayant obtenu son diplôme cette année pour le CAF de St Girons.Félicitations à Didier-Laurent!

 

Le club le lui a fêté après une belle randonnée qu'il avait proposée dans le Néouvielle.

 

25 septembre : Pic de Campbieil

Le pic de Campbieil 3173 m en boucle avec le pic Estaragne 3006 sur le chemin du retour. 

 

Trois Cafistes de st-Girons partis tôt samedi matin pour rejoindre l'encadrant Didier Laurent, et Marie nouvelle adhérente. 

Départ à 2161 m depuis le lac de Cap de Long que l'on longe en balcon sur près de 2 km avant d'emprunter le sentier qui monte le long d’un ruisseau pendant une bonne heure. Après l'avoir traversé la pente se fait plus raide à travers de gros blocs avant d'atteindre le vallon et le col de Cap de Long. Là on est au pied du Campbieil, le sentier à flanc bien tracé serpente jusqu'au pic que nous atteignons 3h 30 après le départ (bonne montée). C'est l'heure du casse-croûte. Trop venté pour rester au sommet. Il fallut descendre vers le pied du second sommet. Sur le parcours il fallait passer sur une grande dalle d'environ 20 ml pentue et humide. Didier installa une corde pour sécuriser et mettre en confiance les participants. Après ce passage délicat nous voilà à l'abri du vent pour la pause déjeuner. Le deuxième pic nous tendait les bras, une demi-heure plus tard on était au sommet de l'Estaragne .il fallut redescendre par le même sentier que pour la montée pour rejoindre le chemin du retour. La descente facile mais longue jusqu'au parking atteint à 17 h. Là le CAF avait prévu une petite réception à l'attention de Didier Laurent pour avoir obtenu le diplôme d’encadrant. Merci à Didier pour cette belle rando dans cette magnifique vallée.

JL

 

Photos: Didier-Laurent, Bernard, Jean-Louis

22 septembre : VTT à Tourtouse

Une sortie VTT au départ du très joli hameau de Tourtouse, se faufilant sur le relief à la fois doux et varié du piémont. Pour ce qui est de la vue, et bien faudra revenir. Car même si le soleil nous a accompagné sans faiblir, le relief est resté lourdement accroché. Nous reviendrons !

19 septembre : Trail du Couserans

Pour le premier trail du Couserans, le CAF de st Girons tenait à y participer. Il était bien représenté à l'image de son président Rémy.

La rando était de 11km pour un dénivelé de 337 m et elle fût bouclée par un Cafiste jean Louis (en 1h 32) ; le second participant du CAF un quart d'heure plus tard. 

Le parcours a été très apprécié et bien marqué autour du massif de Souroque. La boucle de 11 km ainsi que celle de 21 km est à conseiller à pied ou en VTT. Pour les courtes journées d'hiver. 

Jl 

http://www.trail-du-couserans.sitew.org

 

 

19 septembre : Cap de Gauch

Départ du parking de l'Osque du Couret pour les 15 randonneurs, par un temps assez frais et brumeux. Nous avons emprunté un sentier à travers la forêt pour éviter les détours de la piste qui mène au col de l'Herbe Soulette.  La montée est assez raide par endroit et le sentier étroit semble se boucher avec la végétation. Un vent frais nous saisit à l'arrivée au col. Direction ensuite le col de la Terme en cheminant sur le flanc de la Calabasse à travers des pâturages bien humides. Le vent frais souffle encore au niveau de ce second col. Nous poursuivons vers le Cap de Gauch dont le sommet est resté dans le brouillard. Passage en crête sur les deniers mètres ou l'on devra s'accrocher d'autant que la pierre est mouillée. En haut, quelques éclaircies furtives nous laisseront apercevoir les montagnes du Couserans. Descente ensuite sous le soleil qui s'est maintenant imposé, vers le col du Piéjau que nous n'atteindrons pas, pour bifurquer vers la forêt en contre bas et rejoindre les voitures. En résumé, une belle boucle de 14km en moyenne montagne à travers forêts et pâturages d'altitude.

Jean François

19 septembre : Arcouzan

Le glacier aura gardé ses secrets. Le cheminement que l’on savait sauvage, a tout à fait été à la hauteur de sa réputation. Si bien que les noisetiers nous auront mis de sacrés bâtons dans les roues tandis que les fougères ne se seront pas gênées pour nous humidifier jusqu’au cuir. Mais… Nous avions franchi le plus pénible, et un retour improvisé nous aura montré un itinéraire plus clément. L’Arcouzan se mérite, et nous y reviendrons dans de meilleures conditions, d’autant que la chape des nuages ne se sera pas levée. En attendant, une petite cueillette de cèpes gratifiera le repas de ce soir !

Cyril

Photos: Yannick

18 septembre : VTT: Seix Sentenac d'Oust Rogalle

Une première sortie VTT réussie ! Nous n’avons pas été accablés par la chaleur (loin de là), malheureusement la vue est restée bouchée. Dommage car par temps clair elle est extraordinaire. Le groupe était tellement motivé que la pluie n’a en rien réfréné l’ardeur des relances dans les coups de pédales. Si bien que nous sommes allés chercher une variante un poil plus technique, notamment avec la nature du terrain devenue quelque peu grasse.

Une bonne mise en jambe, et de belles perspectives d’avenir pour la discipline au sein du club. Nous vous attendons nombreux lors de la prochaine session !

Cyril

 

12 septembre : Pic du Taillon

11 septembre : Via Ferrata de Coumély

Météo top, ambiance gazeuse à souhait, adrénaline garantie, très belles vues sur le Cirque de Gavarnie, en fait tous les ingrédients réunis pour les cinq courageux motivés pour partager un super moment inoubliable. Bravo à Fabien, Olivier et Christian, qui pour leur première ont surmonté leurs sensations fortes afin de relever le défi ! Merci à Nath pour sa collaboration et aussi à Olivier qui a tant "kiffé" qu'il a fait de la "Pub" pour cette activité ludique à laquelle je souhaite faire adhérer les membres du CAF St Girons volontaires...

Marius

11&12 septembre : Pic de la Montagnette

Au vu des prévisions du dimanche, mitigées, l’objectif initial est reporté. L’ambitieuse et grande boucle du Sacroux mérite un temps « parfait ». Ses points de vues, ses lacs et ses cols attendront encore un peu plus !

De fait, nous montons tranquillement à la cabane de la Glère dans l’après-midi. Une bien belle cabane, accueillante, positionnée sur une butte en partie entourée de sapins et épicéas (et cèpes…). Et tout autour, l’inénarrable cirque de la Glère, ses brebis, ses cervidés. La soirée est on ne peut plus chaleureuse auy coin de l’âtre crépitant (boudin grillé, patates à la braise, confit de figue maison au miel…).

Le lendemain, nous remontons la forte (et déserte) pente qui mène au lac de la Montagnette. Au cours de la progression, isards et tichodromes nous distraient. Le lac de la Montagnette est superbe, tout juste baigné de soleil. Quelques pêcheurs sont déjà affairés à taquiner le poisson. Nous déambulons, tranquillement, et gagnons le pic de la Montagnette. Vue imprenable sur le Sacroux, encore lui. Et sur le pic de la Maladeta. Celui d’Aneto joue déjà à cache-cache avec les nuages malgré l’heure matinale. Retour en boucle par le col de la Montagnette d’où les lacs des Boums du port de Vénasque apparaissent dans une livrée d’un bleu intense. Il n’y a plus qu’à redescendre, par l’autoroute du port de Vénasque.

Cyril

4&5 septembre : Pics de Turguilla et Bentefarine

04.09.21 - Pic de Turguilla (2527 m) :

 

Nous partîmes à 5, nous nous retrouvions à 6, lorsqu’un « isard » nous rejoignît pour une conviviale pause déjeuner ! [Clin d’œil à Denis].

Partis par la touristique vallée d’Ars en amont d’Aulus-les-Bains, nous avons été surpris dès le départ par la quasi absence de véhicules sur le parking. Alors que nous égrenons sur le chemin les quelques promeneurs de passage, les derniers basculeront vers l’étang de Guzet, en amont de la célèbre cascade… 

La haute vallée d’Ars change radicalement de visage, semblant avoir été désertée des hommes comme de toute vie sauvage (nous ne croiserons plus qu’un couple en retour, quelques hectomètres plus haut).

Après nous être délestés d’une partie de nos bagages à l’Orris du Turon d’Ars, nous remontons plein ouest une pente relevée, balisée par quelques marques, puis le thalweg, pour déboucher sur le petit col au nord du Pic de la Croix des Lauzes. C’est ensuite toutes crêtes que nous rejoindrons le pic de Turguilla où seul le vol de trois vautours vient nous accompagner, alors que les nimbes de brumes s’élèvent devant nous pour nous dégager le panorama sommital…

Quelques repérages visuels effectués sur le parcours du lendemain, nous revenons vers notre point de chute pour une soirée préparée par le chef Yannick, que les 1800m D+ de la journée nous permettront d’apprécier à sa juste valeur !

Cabane restaurée, idéale pour 3 personnes, certains se résoudront à passer la nuit (une de plus) à la belle étoile, alors que le ciel nous laisse les meilleurs présages pour la journée à venir…

 

05.09.21 - Pic de Bentefarine (2615 m) :

 

Après une poignée d’heures de sommeil, nous voilà réunis devant la cabane pour un bon petit déjeuner sous un ciel bleu limpide.

Une fois le barda rassemblé, nous voilà repartis vers les confins de la vallée d’Ars, les jambes bien lourdes (conséquences du repas gargantuesque de la veille… Allez savoir ?).

À la cote 1990, Yannick décide de partir plein fer dans la pente à l’Est, fort des enseignements de Cyril qui précisent de bifurquer au niveau de l’orris écroulé…que nous n’aurons vu qu’à la descente.

S’ensuit une ascension à l’ariégeoise « a bisto de nas » entre blocs de granite et landes de gispet, à la recherche d’hypothétiques cairns en direction du Port des Trois Comtes.

Le pic de Bentefarine nous toise avec sa paroi austère et son arête de granite déchiquetée. 

L’altimètre s’affole, la pente est raide, le souffle est court mais nos yeux s’émerveillent à chaque pause de la beauté sauvage du vallon suspendu du Puntussan. Peu de bipèdes s’aventurent ici ! 

Après avoir rejoint le port, nous remontons l’arête moins abrupte côté sud, bien que nos mains nous ait été bien utiles.

À l’heure du pastis ou de la sortie de la messe (c’est selon), nous voilà rendus au pinacle de cet éperon granitique. 

Tout le monde s’extasie de l’ascension accomplie et de la vue depuis ce belvédère reculé à la frontière du Vicdessos et du Couserans. 

Les estomacs affamés ingurgiteront vite le casse-croûte agrémenté par le succulent dessert concocté par Élodie (le retard est pardonné 😉).

Maintenant reste à entreprendre le retour via le Port de Guillou ou Port d’Aulus et la longue, très longue descente de la vallée d’Ars. 

Ce sont les pieds en surchauffe mais ravis que nous bouclons cette journée.

 

Merci Yannick pour ce périple en haute vallée d’Ars et pour la soirée en cabane (l’esprit Club Alpin !). 

 

Didier-Laurent et Frédéric

 

 

Photos : à venir

5 septembre : Puig Carlit

5 septembre : Soum de l'Escalette, en boucle

Soum de l'Escalette en boucle par le port de Venasque depuis L'Hospice de France.  

Dimanche 5 septembre 20 Cafistes (ariégeois et commingeois) s'étaient donnés Rdv à l'Hospice de France. 

La randonnée était organisée par Gérard Dedieu (nouvel encadrant cette saison). Vu le nombre d'inscrits, s'était joint Norbert, Bernard et Marius (tous encadrants au CAF). Le début de journée un peu frais pour la montée vers le port de Venasque, mais la bonne humeur et le soleil allaient vite réchauffer le groupe de participants. Au port, le balcon sur la Maladeta et le seigneur L'ANETO. On rêve un peu on prend quelques photos en attendant de le gravir bientôt. Pour certains du groupe c'est du déjà fait. Le port de la Picade avec ses superbes panoramas, le pas de l'Escalette et la crête Crabides pour la pause déjeuner (toujours ce bon moment de partage et de convivialité). La descente dans les magnifiques estives vers l'Hospice se fait aisément, Françoise mène le train derrière il y a de l'ambiance. 17 h retour au parking. 

Merci à Gérard et aux autres encadrants. Belle rando en boucle de 18 km dans le Luchonnais.  

Jl

Photos : Jean Louis et Olivier.