Actualités

Montagne en scène - Winter édition 2022 (lun., 14 nov. 2022)
>> Lire la suite

Camp IV - Ariège (Sat, 22 Oct 2022)
>> Lire la suite

Assemblée générale (Fri, 21 Oct 2022)
>> Lire la suite

Sorties du 19 au 25 septembre (Mon, 19 Sep 2022)
>> Lire la suite

La Montagne et Alpinisme sept-oct-nov2022 (Thu, 15 Sep 2022)
>> Lire la suite

Permanences - Elles reprennent! (Fri, 02 Sep 2022)
>> Lire la suite

Falaise de Bonrepaux: interdiction de grimper (Tue, 01 Feb 2022)
>> Lire la suite

Les adhésions sont ouvertes!

Venez nous rejoindre en cliquant ici.

23 septembre 2022: VTT: Les trois dolmens du Mas d'Azil

21 septembre 2022: VTT: le sommet du Cos, au-dessus d'Aunac (Seix)

17&18 septembre 2022: "Que la Montagne est Belle": le refuge des Estagnous par le Ribérot, le Valier

photos: Agathe, Mickaël.

17&18 septembre 2022: "Que la Montagne est Belle": le refuge des Estagnous par Trémul, le Valier

Sortie au Mont-Valier week-end QLMB

C’est parti pour le Week-end du 17 et 18/09/2022, dans le cadre d’une manifestation organisée par le CAF de Saint-Girons « que la montagne est belle ». Première sortie CAF pour Jean-Baptiste et Daniel et quelle entrée… ! par la porte de Trémul 2270m, tout un symbole. Bien entendu le compte rendu c’est pour nous aussi comme tout nouvel initié, « selon la tradition » nous susurre-t-on.

L’objectif de ce samedi est de rejoindre le refuge des Estagnous où convergent la cinquantaine de participants selon des parcours différents. Rémy, notre recruteur CAF et encadrant du jour nous a donné rdv  à Engomer à 8H pour un départ effectif du Pla de la Lau à 09h00 pétante, horaire tenu !

 Notre petit groupe de dix s’élance sur le sentier accompagné par Alexis agent de l’ONF. Rapidement nous entrons dans le vif du sujet, le sentier est peu marqué, la pente rude dans un milieu forestier qui ne voit que très peu le soleil. C’est aussi un milieu fragile, nous dit Alexis, il est nécessaire de préserver sa flore et sa faune insiste-il. Le groupe est très attentif aux propos qui nous sont distillés avec mesure, force d’arguments, les uns et les autres acquiescent du bonnet tout en s’élevant tranquillement. Quand soudain une « fièvre automnale » s’empare du groupe, balaye instantanément les bonnes résolutions et notamment le vœu de silence. Quelques-unes, quelques-uns et enfin quasiment tous s’adonnent à la génuflexion en s’exclamant « ici, là-bas, plus haut…plus bas «, spectacle surprenant pour des novices…mais partagé avec gourmandise. Au bout d’une longue pause, chacun, remballa son couteau, repris son sac et lesté de la promesse d’un futur persillé reparti à travers les Pins à Crochets et non accrochés, souligna Alexis et pourquoi à crochets ? ajouta-il, et bien vous ne le saurez pas c’est notre petit secret à nous..., « les dix de la Porte ». 

Enfin nous sortons du bois et là, tout droit vers la cabane de Trémul dans les pas de Rémy…, pas longtemps pour quelques-uns, car là encore la pente est respectable. L’heure du casse-croute a sonné, la pause appréciée de tous. Après le petit café du chef et selon ses préceptes, sus à la porte de Trémul ! Elle est si belle, si proche nous semble-il mais 200 mètres de dénivelé nous attendent et tout droit, fallait s’y attendre. Ouf ! nous y sommes parvenus. La photo, quelques commentaires et le doigt de Rémy pointe la prochaine étape le col de Pécouch… ah ouais quand même on n’est pas rendus, entend-on dans les rangs. La petite troupe s’ébranle, s’égaye et file en travers sur les lauzets jusqu’au col. Les Estagnous sont en vue. 16h00 nous étions sur la terrasse, les premiers devant une(s) bonne(s) bière(s), yes, yes, yes !!!

Peu à peu les autres groupes arrivent et débute une fin d’après-midi singulière et passionnante par la qualité des intervenants qui ont traité les aspects géologiques du site, de son intérêt au sein du PNR, du suivi du glacier d’Arcouzan et « nousté » Alexis a clôturé pour l’ONF. Nous remercions vivement les intervenants pour tout l’intérêt qu’ils ont su susciter auprès du groupe. Et place à l’apéro offert par le club, une sangria fort appréciée à voir la mine des adhérents, les joues rosies par ce moment de partage. Et hop le repas est servi à tout ce beau monde ragaillardi par le menu montagnard, du bon et solide comme d’hab, bravo les cuistots ! un petit Génépi (light), pour terminer et c’est parti pour une « bonne nuit » de cohabitation en refuge. Pour notre groupe le petit déjeuner est fixé à 06h30, départ pour le sommet du Valier à 07h00. Il sera retardé à 07h30 suite à l’évacuation sanitaire en hélicoptère de Rémy suite à un problème de santé dans la nuit.

Rassure toi Rémy toute ta petite troupe nouvellement encadrée a suivi le sentier et est arrivée au sommet. Avec le beau temps, on a pu profiter d’une intervention aux petits oignons de la géologue à 2838 d’altitude, un vrai régal. Tu aurais apprécié. Retour aux Estagnous pour récupérer nos affaires, petit casse-croûte sur la terrasse le temps de se dire que nous avions passé deux belles journées parfaitement organisées et appréciées de toutes et tous. 

Encore une fois Rémy, merci de nous avoir fait découvrir cette double porte CAF/Trémul c’est une histoire bien sympa qui ne demande qu’à se prolonger, vivement le prochain épisode.

Daniel et Jean-Baptiste

P.S un message de Rémy qui remercie les gardiens du refuge, les encadrants, les secouristes de la Gendarmerie et le personnel médical pour l’efficacité de leur prise en charge.

  

photos: Didier, Jean-Baptiste

17&18 septembre 2022: "Que la Montagne est Belle": le refuge des Estagnous par le Barlonguère

Encore du soleil pour ce week end événementiel « Que la Montagne est belle « !

Ce samedi 17 septembre nous partons du Pla de la Lau par la vallée de Peyralade. Nous démarrons dans les nuages qui heureusement resteront à basse altitude toute la journée. Le rythme est soutenu dès le départ. Je n'avais jamais randonné avec Frédéric l'encadrant il est plein d'énergie, mais il sait aussi attendre.

A la sortie de la forêt, nous apercevons le Pic de Barlonguère au centre et à sa droite le Pic de Cornave. Nous nous accordons une petite pause à la cabane de Peyralade après 1h40 de marche et poursuivons notre montée avec toujours en face de nous le Pic de Barlonguère jusqu'à rejoindre le GRT54. Nous quittons le sentier balisé bien avant la cabane de Barlonguère, nous franchissons le ruisseau de Barlonguère pour suivre une sente partiellement cairnée. Nous nous élevons à gauche en ayant en ligne de mire un col. Nous arrivons au col : en face de nous le majestueux Valier et en contrebas l'Etang du Tuc de Mil. Nous continuons à droite sur la crête jusqu'au sommet du Barlonguère (2802m) que nous atteignons après 4h20 de marche.

La vue est magnifique : d'un côté le Valier, de l'autre le versant espagnol avec au 1er plan la station de ski de Baqueira et en arrière plan le massif de la Maladeta (le glacier a bien fondu depuis mai ). Les nuages ne nous ont pas rejoint, ils stagnent pour l'instant à basse altitude. Après une pause déjeuner conséquente, nous entamons la descente sur la crête pas très aisée par endroits, le vide est là.

Nous quitterons la crête avant le Pic de Girette et la retrouverons un peu plus loin, avant de descendre sur le Port de Barlonguère. Nous apercevons le Pic des 3 Comtes que nous ne gravirons pas, il faut compter encore 1h de marche. Ce sera l'occasion d'y aller lors d'une prochaine rando. Nous récupérons le GRT54 jusqu'à l'Etang Long puis l'Etang Rond. Là nous laissons Cathy et Caroline qui redescendront directement au Pla de la Lau. Nous ne sommes plus que 4 à poursuivre la montée oh combien longue jusqu'au refuge des Estagnous plongé dans la brume. Il est 16h50. 20mn après, la brume s'estompe et le Valier apparaît ! Une bien belle et longue randonnée de 8h00  !

Et à partir de maintenant les festivités de ce week end vont commencer (diverses conférences nature, de la musique) avant le repas final concocté par les gardiens !

Valérie

 

photos: Valérie, Sabrina, Frédéric, Caroline.

14 septembre 2022: VTT secteur col d'Ayens

11 septembre 2022: Pic de Néouvielle

Pic de Néouvielle Altitude 3091m , départ du Parking du lac de Cap de Long, Altitude 2171m, à 7h45. 

Nous sommes 5, Clémentine, Sabrina, Alain, encadrés par Didier et Michaël.

Nous montons par le "Pas du Gat", Altitude 2465m, puis nous continuons vers le sommet par l'ancien glacier jusqu'au Pic de Néouvielle : Altitude 3091m, arrivée vers 11h, nous voyons des grimpeurs sur l'arête des Trois-Conseillers.

Après une bonne pause repas, nous redescendons par un autre itinéraire, en passant sous la crête d'Espade, très proche de la brèche de Chausenque, puis la Hourquette d'Aubert. Puis entre les magnifiques lacs où quelques audacieux vont faire trempette. Retour au parking du lac d'Orédon par la voie normale. Arrivée vers 18h.

Une belle sortie avec de bons marcheurs, encore une belle aventure en club !

Michaël

11 septembre 2022: Col des Cos

11 septembre 2022: Mail de Bulard

 

La journée s'annonçait ensoleillée, elle a rempli son contrat.

Nous sommes 9 à nous élancer aux aurores du Bocart d'Eylie (enfin pour moi) 7h30 du mat', on se réchauffe très vite dans la montée jusqu'au Col d'Arech (presque 2h), nous traversons un champs de myrtilles (adresse à noter pour la prochaine récolte n'est-ce pas François!) puis nous attaquons la montée de la crête du Mont Ner. 1h15 après nous faisons un détour d'1h par les anciennes mines de zinc, plomb et argent. Nous pouvons voir les anciennes baraques de mineurs et l'équipement qui acheminait le minerai extrait des mines de Bulard à l'usine de traitement située dans la vallée. Impressionnant vu les conditions dans lesquelles ces mineurs travaillaient.

Puis retour sur la crête, le passage est aérien mais les prises sont là. A faire tout de même par temps sec. Nous arrivons au sommet (2750m) 1h15 après (finalement le temps est vite passé tant la concentration était là). Et là superbe vue sur les Pyrénées  : le Mont Valier, le Maubermé et en arrière plan le massif de l'Aneto et Maladeta … Après une pause déjeuner bien méritée nous attaquons la descente vers le Port d'Urets. Nous longeons la crête jusqu'au Col de Villeneuve puis sous le Pic des Couloumès avant d'atteindre le Pic de L'Homme que nous allons gravir gaiement (alternative que nous avons choisie), magnifique vue également sur le Maubermé et l'Espagne (Estanh Deth Pieta ou plutôt Estany Deth Horcalh?). Arrivés au Port d'Urets et sa magnifique cabane (vue sur le lac de Montoliu), nous entamons la descente interminable jusqu'à la cabane d'Urets (où nous pouvons ravitailler en eau) puis jusqu'au Bocart d'Eylie.

Longue et très belle rando (10h30 de marche avec l'arrêt aux mines, env 2100m déniv 23km) bonne ambiance. Merci à Vivien et ses co-encadrants.

Trop tard pour déguster une bonne bière qui aurait été la bienvenue !

 

Valérie

 

Photos: Caroline.

10&11 septembre 2022: pic du Sacroux, et les nombreux lacs du secteur

 

 

Samedi 10 septembre, 17h00, L'Hospice de France :

Après un faux départ, dont je tairai la cause (tant pis pour les curieux!), nous voilà partis tous les 6, sur le chemin de l'Impératrice, mazette ! 

Après un peu plus d'une heure de rando, sur un chemin large et plat, nous arrivons à la cabane de la Glère. Il y a 6 couchages, on est 6, c'est parfait. Déjà, tout le monde s'active pour que la soirée soit sympa. On prépare 2 feux de bois, un dedans, un dehors, le grand luxe ! On mange dehors, autour du feu. Le repas est tellement copieux qu'on aurait pu inviter tous les membres du CAF. 

Il y a des étoiles plein le ciel, pourtant la nuit n'est pas du tout froide.

 

Dimanche 11 septembre, Cabane de la Glère : 

A 7h30 pétantes, tout le monde est prêt. Nous prenons la direction du Port de la Glère. Le chemin, bien marqué, zigzague dans les pelouses, les cascades, sous le regard des isards.

Au Col de la Glère, c'est l'Espagne. Le Pic du Sacroux est tout proche. Nous le grimpons en deux-deux, en suivant des espèces de vires tranquilles, pas besoin de sortir la corde. Du sommet, la vue est imprenable sur les 3000 m et les lacs du Luchonnais, et sur la Maladeta. C'est vraiment super beau !

Mais la rando ne s'arrête pas là, Cyril n'est pas du style à rentrer par le même chemin, non non non, lui ce qu'il aime, comme dirait Corine sa compagne, ce sont les boucles !

Alors allons-y pour la boucle.

On redescend le Sacroux par l'arête sud-ouest, on met un peu les mains, mais c'est sans stress. Ensuite, la longue rando-escalade se poursuit vers la Tusse de Pinata, d'où on aperçoit le lac Célinda, magnifique lac avec ses nuances de vert. A l'unanimité, on décide d'aller manger au bord de ce lac, c'est midi, les choses sont vraiment bien faites !

Pendant qu'on digère, Cyril et Jean-Louis montent sur la crête qui surplombe le lac du port Vieil. Il est d'un vert magnifique, ont-ils dit, on les croit !

Allez la rando n'est pas terminée, faut y aller. On longe toute une collection de lacs vraiment très beaux : le lac Charles, le lac Vert et le lac Bleu.

La fatigue commence un peu à se faire sentir. Et c'est justement, à ce moment-là, que Cyril choisit d'emprunter un chemin pour les sangliers. Alors là, ça y va, certaines râlent ! Mais bon, ça ne change pas grand chose, faut bien rentrer : passer d'abord le Col de Pinata, puis le Col de Sacroux, rejoindre la cabane de la Glère, récupérer des affaires et reprendre de chemin de Bidule !

A 17h00 nous voilà aux voitures. Fatigués, mais très heureux d'avoir randonné dans cette montagne magnifique.

 

Merci à Cyril pour cette très jolie rando sportive, dans un cadre plutôt pas mal.

Merci à tout le groupe, Corine, Dalila, Karine, Jean-Louis, pour leur bonne humeur et leur idée du partage.

Petits conseils avisés : 

1) Quand Cyril envoie le tracé GPS aux inscrits à la rando, ce n'est pas pour la déco..Faut le lire ! Ça évite ensuite de croire qu'au sommet, la rando est finie, alors qu'elle commence à peine.

2)Concernant les distances prévues, ajouter toujours un petit pourcentage, Cyril est prof de math, on ne se refait pas...

 

Muriel

 

photos: Karine, Muriel, Jean-Louis, Cyril

 

7 septembre 2022: VTT entre Rimont et Ségalas

3 au 5 septembre 2022: Pics des Astazous

Serge et Marius ont eu l'audace, voire le courage de programmer pour le Club les deux Astazous en A/R par les Rochers Blancs. Mais il ne suffit pas de proposer, encore faut-il assurer cette course réputée difficile. Mission accomplie grâce à une formidable gestion du groupe, et non sans la magnifique entraide des uns aux autres.
Les Roches Blanches traversées sans encombre ont fait suite à une succession de barres rocheuses, de vires aériennes, de couloirs, de raides pierriers, pour enfin atteindre le col. Les deux frères sont là, à notre portée, arête facile pour le Petit, le Grand nous tend les bras avec sa crête étroite et effilée. Nous ne résistons pas à la tentation de l'escalader. 
"Objectif atteint !", "Nous l'avons fait !" Exclamations de joie traduisant des sentiments mêlés : satisfaction, bonheur, émotion (embrassades, étreintes, larmettes), dans ce décor enchanteur que nous offre le Cirque de Gavarnie.
Redescente par le même itinéraire pour certains et par Tuquerrouye pour d'autres, guidés par notre compagnon Domi.
Nous partîmes à quinze et avons rejoint le refuge à quatorze. En fait, notre chère amie Paulette, s'est offert le luxe de terminer sa sortie en hélicoptère, chouchoutée par les valeureux et beaux Chevaliers du PGHM. "La veinarde, notre petite miraculée !"  De tout cœur nous lui souhaitons un prompt rétablissement.
Nous garderons pour toujours le souvenir d'une exceptionnelle splendide randonnée empreinte d'une ambiance fraternelle à nulle autre pareille, resserrant des liens amicaux déjà existants.
Un grand "Merci" à Tous. Chacun peut éprouver une immense fierté !
Nath.
Photos: Malou et Sabrina

3&4 septembre 2022: Glacier d'Arcouzan

Départ samedi à 15h30 de la centrale électrique d'Estours sur le GR en direction de la cabane d'Aula.

Quatre cafistes donc l'encadrent Cyril. 

Arrivés à la cascade d'Arcouzan nous avons pris rive gauche du torrent et au jugé il fallut trouver le point de passage. Quelques cairns dans la forêt très dense où l’on devine à peine le sentier. 

Après être enfin sortis du bois on arrive à la seule cabane du vallon (la petite cabane d'Arcouzan) encore debout. 

La suite devient pénible pour avancer dans une pente avec de la végétation très dense en direction de la cheminée du Cruzous. 

Après une heure nous prenons complètement sur notre gauche. Là, la pente devient plus raide, l'herbe est plus courte mais humide. Cyril observe le terrain pour y dénicher le bon passage. 

Nous, on suit, on s'accroche, les crampons et piolet étant prévus. Le groupe progresse doucement. Il est 19 heures lorsque l’on atteint l’endroit du bivouac prévu par l'encadrent. 

Le temps de monter les tentes, la brume s'est complètement dissipée. 

Vingt heures, on est bien installés tout près d'une jolie cascade. Le repas très convivial où chacun a participé se déguste sous un ciel complètement dégagé. 

Les étoiles apparaissent progressivement. Un passionné, Frédéric, nous commente certaines d'entre elles. 

Vingt-deux heures, c'est sous ce beau ciel étoilé que nous regagnons nos couchages. 

DIMANCHE  6h30, ça commence à bouger.

Après le petit déjeuner nous sommes impatients de rejoindre le glacier. 

7h45, départ pour la dernière ascension.

Cyril toujours à l'œil montre la voie. La pente est aussi raide que la veille .

Après 3 h d'ascension on l'aperçoit enfin mais on veut aller jusqu'au bout, le toucher. 

Il est sérieusement fissuré mais il résiste, sûrement à cause de sa forme et de son orientation. 

Après une demi-heure d'observation et de photos il fallut redescendre jusqu'au bivouac pour la pause déjeuner. 

13h30, nouveau départ pour le retour par le même itinéraire et vers 15h30 nous atteignons à nouveau la cabane et le sentier à l'entrée du bois à peine visible. 

Mais Cyril n'était pas venu pour rien. Il avait pris une scie dans son sac pour dégager le sentier et le rendre plus visible. 

Cela nous pris une heure de plus, à nettoyer le sentier et à refaire des cairns jusqu'au ruisseau. 

Retour au parking 17h30. Petit arrêt à Seix pour le pot de l'amitié avant de se quitter. 

 

Merci Cyril de nous avoir permis de réaliser un rêve dans ce coin sauvage de nos montagnes.

Jean-Louis

 

Le glacier depuis Estours par notre itinéraire: 2000m de D+.

 

Photos: Jean-Louis, Frédéric, Cyril.

 

27&28 août 2022: Vallée du Fourcat - Tristagne

L'encadrant Cyril nous a co voiturės à quatre d'entre nous jusqu'au parking de Pradières à 1140m samedi où nous a rejoints Frédéric.

Départ à 8 h pour 6 cafistes vers le barrage d'Izourt que nous longeons rive gauche pour rejoindre le refuge du Fourcat à 2445m. 

Après avoir fait connaissance avec les gardiens, nous laissons quelques affaires (comme nous devions y passer la nuit). 

Il est 12 h15 c'est l'heure de la pause déjeuner en terrasse.

La météo semble bonne pour poursuivre la journée et le plan B prévu par Cyril peut être exécuté. 

Nous sommes redescendus de quelques centaines de mètres en dessous du refuge pour emprunter un sentier balisé sur notre gauche. 

Après une heure et demie nous atteignons un col d’où l’on peut admirer les étangs du Picot. 

Comme le groupe avait des fourmis dans les jambes, nous décidons de poursuivre jusqu'au sommet suivant, puis encore un autre encore plus haut (le petit Malcaras ou faux Malcaras). 

Il fallut repartir par le même itinéraire. 

Retour au refuge à 17 h 30.

Le temps de s'installer et de prendre une bonne douche, la météo s'est bien dégradée vers 18h, heureusement de courte durée. 

 

DIMANCHE 

Après un bon repas la veille et un aussi bon petit-déjeuner, départ à 7h45 du refuge pour le pic MALCARAS à 2865 m. Ascension facile et bien balisée jusqu'au sommet atteint à 9 h.

Pour la suite il fallut redescendre jusqu'au col où l'on aperçoit l'étang de Soulcem. 

Une remontée dans le sens contraire pour atteindre le pic de l'étang Fourcat à 2859 m.

Toujours par la ligne de crête qui fait office de frontière avec l'Andorre, pour atteindre le troisième sommet le pic TRISTAGNE 2878 m.

Il est 12 h 15, pause déjeuner au sommet le ciel est bien dégagé, le vent est nul, la vue magnifique. 

Le retour en boucle : descente sur la crête frontière, puis une dernière ascension jusqu'au port de l'Albeille 2601m. 

Redescente côté français par les étangs de Petsiguer et via le barrage d'Izourt et terminer ce périple en rejoignant le point de départ 17h 45, cette fois-ci par la rive droite.

Excellent week-end 

Météo agréable 

Refuge sympa 

Encadrant au top 

Pour trois d'entre nous c'était notre première rando encadrée par Cyril. 

Merci pour l'organisation, l'encadrement et le co voiturage 

Jl 

  

Photos: Caroline, Karine, Cyril.

 

24 août 2022: Campana de Cloutou

21 août 2022: Pic de la Soucarrane

Encore appelé pic de la Rouge (alt 2902 m). Belle randonnée au départ de l'étang de Soulcem pour les 5 randonneurs. Nous sommes montés par le sentier GRT62 qui longe le ruisseau de Soulcem, avant de bifurquer vers  la droite en direction de l'étang de Roumazet, puis de nouveau à droite, nous avons pris vers de col de Roumazet dans une zone très caillouteuse, avec quelques gros blocs à enjamber. Nous avons atteint le sommet par une crête moins difficile que ce qui était annoncé; nous n'avons pas utilisé le matériel d'assurage qu'il était recommandé d'amener. Nous avons continué ensuite, toujours en crête ou légèrement en contrebas, jusqu'au port de Bouet. Nous y avons retrouvé le GRT qui nous a conduits à l'étang de la Soucarrane, ou nous avons déjeuné. La pluie était annoncée en fin de journée et les nuages commençaient à  apparaitre. Nous avons pris un autre sentier pour descendre dans la vallée de Soulcem. Il ne restait plus qu'à parcourir cette longue et belle vallée glaciaire, large et plate, pour rejoindre les voitures. Au final, boucle de 15km avec 1350 m de dénivelé.

Jean François

23 août 2022: Pique Rouge de Bassiès

Encore une Pique Rouge…Peut-être la quarantième. Nous étions 4, tous déjà venus, à pieds ou à skis…Mais qu’elle est belle cette Pique, quand on arrive seuls (ou presque : un suceur de roue nous a doublé dans la montée finale) au sommet et quel belvédère : de l’Aude aux 3000 des Pyrénées centrales en passant par l’Aneto. Beau temps à l’infini, température idéale, faune à volonté, volatiles et mammifères de tous poils au rendez-vous. Un repas à midi pile bien calé, un retour buissonnier sur les arêtes des Pics de Caumale, un goûter à la cabane verrue du Cacou et nous voilà de retour à Coumebière. On ne s’en lasse pas.

À propos de la susnommée cabane du Cacou, fermée à clé, réservée au berger, il faudra qu’on se renseigne pour une éventuelle ouverture aux associations : une session hivernale à ski, soleil couchant, doit y être agréable. Peut-être qu’un initiateur ski bien connu, également responsable pastoral, pourrait nous y aider!

Merci à Muriel, Denis, Alain et Golf pour cette belle journée.

Olivier

18 août 2022: Pic de la Géla

 

Photos d'Evelyne.

10 août 2022: Pic des Pessons et de Montmalus

7 août 2022: Tuc de la Messe

31 juillet 2022: Pic du Carlit (2921m)

 

Un Carlito, des CarlitaS

 

Un matin, Gérard se dit : « Pour fêter la fin du mois de juillet, il faut que je mette au programme un truc long, un truc haut, un truc loin, un truc beau. »

Deux inscrites, c'est parti !

 

Départ du Col du Puymorens, 7h30. Gérard écrit un SMS à Norbert :

« Groupe du Carlit(o) souhaite une bonne journée au groupe du Crabère. »

Le correcteur d'orthographe n'aime pas la montagne, il préfère Carlito. Trop tard, le SMS est envoyé !

La rando débute sur une piste carrossable pendant 3 kilomètres. Nous la quittons pour suivre le HRP qui traverse des bois de pins et qui longe parfois un torrent. C'est un vrai plaisir ! Il fait bon et c'est beau.

Après 2 heures de marche, on se pause à la Portella de Lanŏs. Et là, plein Est, que voit-on ? Le Carlit, tout noir, tout haut, il nous attend. Il va falloir qu'il patiente un peu....

De la Portella, on descend les 400m de dénivelé qui nous séparent du barrage de l'étang du Lanoux. Sur quelques centaines de mètres, on garde le GR 7. Puis, on l'abandonne pour se diriger plein Est, vers celui qui nous attend. 

On marche sur les pelouses, on photographie l'étang dels Forats et on arrive au pied de la Chose. Là une grande question se pose  : Par où on passe dans ce tas de schistes entremêlés et raide ? Mais plus on s'approche, plus la réponse est évidente. Il y a bien un chemin, là, devant nous, qui serpente. Il est un peu raide, mais très bien marqué.

Il nous faut une heure pour arriver à la croix. Et là, c'est l'émerveillement ! On est au sommet ! Vue sur les Bouillouses. On est heureux. C'est magnifique, c'est splendide, c'est merveilleux d'être là ! (Euh, ça fait beaucoup peut-être ?)

Il ne nous reste plus qu'à manger (c 'est midi, ça tombe pile), qu'à contempler : on ne va pas se gêner ! On bulle 1h30 au sommet, la grande classe.

A 13h30, on redescend tranquillement.

Gérard nous propose : «  pour le retour, à la Portella de Lanŏs, nous prendrons un autre chemin, nous n'aurons que 40m de dénivelé à faire en plus, par rapport à ce matin. »

Nous sommes d'accord. A la Portella, nous bifurquons sur la droite. On reste à 2500m d'altitude pendant un long moment. On longe l'étang de la Coma d'Or, on passe la Portella de Cortal Rossŏ, puis celle de la Coma d'en Garcia. A partir de là, il ne nous reste plus qu'à plonger vers la voiture, que nous devinons là-bas, loin, très loin....

 

Un grand merci à Gérard de nous avoir permis de clôturer ce mois de juillet en beauté. Cette rando est de haute qualité, d'abord pour sa tranquillité, sur le chemin, nous n'avons croisé qu'un renard et des marmottes, pour sa beauté et son dépaysement assuré, pour l'endurance exigée, et pour la joie procurée d'avoir réussi !

 

Les chiffres : 1826m de D+ et 1830 de D- ; la distance 27,240 km ; le temps de marche : 8h27 ; le temps des arrêts : 2h08 ; Vitesse de marche : 3,2 km/h.

 

Un grand merci à Sabrina pour sa joie, ses photos, ses cadeaux.

 

PS : Toujours vérifier, quand on part pour une longue, très longue rando, que les bâtons sont bien dans la voiture...

 

Muriel

31 juillet 2022: Pic de Badet (3160m)

 

Si vous consultez n'importe quel topo vous pourrez lire l'itinéraire que nous avons emprunté, donc je ne le décrirai pas ici. Seul un petit résumé de notre superbe ascension.

Bien que la marche d’approche soit assez exigeante (blocs, éboulis), c'est une superbe randonnée dans ce secteur dominé par de nombreux 3000.

En point d'orgue, la belle arête facile et évidente menant directement au sommet. Mais... précaution oblige (rocher délicat) alors nos deux encadrants bienveillants, par mesure de sécurité, ont mis leurs compétences, leurs cordes, sangles mousquetons, bien à profit !!! Dans ces conditions : "Il est là le Bonheur, il est là pour tous les participants !" 

Merci, Serge, pour cette riche idée et surtout ton dévouement."

Nath.

30&31 juillet 2022: Pic du Crabère en nocturne

Départ en matinée du samedi pour les 7 cafistes emmenés par Manon en direction de l'étang d'Arraing; un huitième les rejoint en soirée. L'itinéraire de montée est le sentier habituel qui part de Frechendech à 820 m d'altitude, avec une longue traversée d’une forêt de hêtres. On arrive ensuite à la cabane d'Illau et on poursuit vers le barrage pour atteindre le refuge Jacques Husson. L'après midi s'est déroulée en flâneries autour du lac. L'ambiance est sympathique et le programme à venir assez original.

Repas et nuitée au refuge, et nous décollons dans l'obscurité à 4h du matin pour monter au Crabère, après quelques courtes heures de sommeil. Le ciel est couvert et l'atmosphère humide au début,  mais nous passons bientôt au dessus de la mer de nuage au niveau du col d'Auéran. Nous marchons alors sous un ciel illuminé d'étoiles. L'aube se lève lorsque nous arrivons au sommet (2630 m). Les masses noires des sommets alentours (pic de l'Har, pic de Calabasse...) se dessinent dans la clarté hésitante au dessus des nuages. Très beau spectacle avant qu'un  soleil très rouge ne se lève enfin.

Le retour se fait en boucle par le tuc de Bouc, le pic de Pièlé de Mil, le col d'Auarde et la descente vers la cabane de l'Isard en contournant les troupeaux et les patous. Nous prendrons le repas et un peu de repos pour ceux que le réveil anticipé a bien épuisés. Dernier arrêt près d'une vasque, sur le sentier du retour de la chapelle de l'Isard, pour un bon rafraîchissement. 

Jean François et Manon

24 juillet 2022: Chemin de Piston

23&24 juillet 2022: les six 3000 ariégeois et catalan - Bivouac sur le toit de l’Ariège « Montcalm »

jour1:

 

Nous sommes huit ce matin au RDV de Yannick pour enchaîner les six 3000 ariégeois/catalans dans le massif du Montcalm.

6h30, nous partons de St Girons, pressés de rejoindre la vallée de Vicdessos avec un seul but, aller à la rencontre de ces sommets emblématiques, symboliques et incontournables des Pyrénées, mais surtout l'envie folle que cette course alpine nous en mette plein les yeux ! (et les jambes !! ) ...

Nous laisserons une voiture au parking de l'Artigue pour le retour qui se fera "en boucle".

9h, nous partons des Orris du Carla à Soulcem (alt. 1644m) et nous nous dirigeons vers le Vallon de Riufret. Le soleil est de la partie et va nous accompagner toute la journée.

A 2656m d'altitude, nous prenons S/SO hors sentier pour rejoindre l'étang de Canalbonne. Il y a de temps à autre de vieilles traces de balisage rouge, la pente est raide mais le dénivelé se gagne rapidement ...   Il est 13h, la pause déjeuner s'impose ainsi que le remplissage en eau que nous prélevons de l'étang grâce à la pompe filtre de Yannick ; ce qui nous permet d'avoir de l'eau bien fraîche pour le reste de la journée.

Après avoir étudié le cheminement qui nous emmènera jusqu'au Collet Franc (alt 2923m) et dont la vue est imprenable, incroyable sur la multitude d'étangs catalans , une vraie récompense ; nous attaquons toutes crêtes les trois premiers 3000 du week-end qui nous font de l'œil : Rodo de Canalbona 3004 m , il est 15h20 ; Punta Gabarro 3115 m à 16h ; Pica d'Estats 3143 m 16h30 en ayant pris la précaution de bien poser les mains , les pieds et toujours en sécurité grâce aux conseils de Yannick, même si cette crête très ludique et l'à-pic vertigineux nous donne des papilles dans le ventre et l'envie d'aller plus loin !!!

De la Pique d'Estats, où la croix sommitale trône, majestueuse et imposante, pouvant nous offrir quelques "poses photos" et d'où nous profiterons de cette vue grandiose, nous rejoindrons le pic du Montcalm 3077m à 17h25 pour une nuit sous les étoiles.

Après installation et possession des lieux, préparation du repas de fête (apéro, fondue savoyarde, millas flambé !!! oui oui !! tout ça à 3077 m d'altitude !!!), nous profiterons du splendide coucher de soleil sur les Antiques du Valier avant de s'endormir sur le toit de l'Ariège, la tête dans les étoiles, des étoiles dans les yeux, partout autour de nous, émerveillés et heureux de cette première journée passée.

D+ 1825m   D- 470m   14 km

Karine

 

jour 2:

Un peu de Hauteur !!!

Réveil le dimanche vers 5h du matin après une nuit en bivouac au sommet du Montcalm  à 3077m d’altitude, suivi d’un magnifique levé du soleil.

Départ à 8h du Montcalm (après un « p’tit déj » royal avec brioche et confiture maison d’Elodie), descente au col de Riufret, puis au col de la Coumette pour monter au Pic du port de Sullo (3072m).

Redescente par le Col de Sullo pour remonter par la crête Ouest au pic Verdaguer (3131m). Un peu d’adrénaline dans cette montée en crête avec des petits passages aériens ; on pose les mains… on respire… on se concentre… on choisit bien ses prises de mains et de pieds…

Retour au Montcalm pour récupérer nos affaires.  Puis descente au parking par « les Tables du Montcalm », une descente technique… caillouteuse…casse-pied… en plein cagnard, + de 35°…  mais heureusement une belle surprise nous attend en bas : la cascade de l’Artigue pour une baignade rafraichissante et décrassante (oui oui il y avait de quoi !!!) ;  qui nous a coûté un détour de 2km environ mais à ce stade on ne compte plus ni les kilomètres ni les dénivelés !!! 

Au total sur la journée du dimanche : D+ 801m, D- 2593m, + 20km.

Un grand merci à Yannick pour ce superbe ce week-end !

Nadja

 

Photos : à venir prochainement.

 

 

 

20 juillet 2022: Bizourtère et lac Bleu

Belle randonnée de 17km et 1300m de dénivelé dans la vallée de Lesponne, 9 randonneurs y étaient présents.

Malgré un soleil timide et une montée dans la brume, nous avons pu découvrir le charme de cette vallée.

Merci à nos deux Gégé pour l'encadrement de cette sortie, et particulièrement à Gégé Cassagne qui, au nom du club, nous a offert

de délicieuses croustades et de bonnes bulles. Nous avons apprécié ce moment de convivialité, et surtout notre encadrant du jour

qui n'avait pas encore eu les " gourmandises de premières sorties".

                                                            Sonia.

17 juillet 2022: pic de Séron

LE PIC DE SERON  2489 m   

 

Départ  d'Aulus Les Bains à 7h15 pour 5 Cafistes, vers la vallée du Fouillet. La montée jusqu'à la passerelle du Fouillet, que nous laisserons sur notre droite, est ombragée et se fait facilement. La suite devient plus technique et physique, surtout que le parcours n'est plus marqué. Nous atteignons l'étang d'Aubė à 2100m. Il est 10 h, on fait une  pause pour grignoter et se désaltérer, il commence à faire trés chaud. L'ascension du pic de Séron sur un sentier balisé se fait sans difficulté et le sommet est atteint pour la pause déjeuner. 

Après ce moment très convivial, il faut repartir, et le retour se fait en boucle par la vallée et les étangs du Turguilla ( pause baignade très agréable). Passage par Gėrac et le col de Cerda à 1974 m, où il faut remonter de 100 m pour redescendre rejoindre le GR 10, venant du col d 'Escots, jusqu'à la passerelle que nous avions vu le matin. Le reste du retour se fait sur le même sentier qu'à l'aller.  

Le groupe un peu fatigué mais enchanté de cette rando retrouve le parking à 18 h 30 .

Sans oublier le petit coup à boire au café du coin, pour remercier Jean François de cette belle rando. 

 

Durée  10 h ,   Distance  20 km,   Dénivelé  1800 m 

Jean Louis

 

14 au17 juillet 2022: Séjour vers les hautes altitudes du 65 et 31, en randonnées alpines

Premier séjour co-organisé avec le Caf de Bagnères-de-Bigorre pour ce pont du 14 Juillet avec 4 randonnées alpines au programme : 

      jeudi 14 juillet : le Pic du Midi de Bigorre par l'arête NNE, dite des "Murets Blancs" 

RDV est donné à 06h30 au virage d'Artigues pour démarrer à la fraîche. Après un court et ombragé départ, on s'élève à travers le vallon pour rejoindre un col qui nous amène au pied du Pic du Midi. Les pentes raides, mélanges d'herbes et de cailloux, nous permettent d'arriver au sommet du Pic, que nous atteignons après avoir traversé des travaux en cours. La vue au sommet est exceptionnelle avec les grands sommets des Pyrénées (Vignemale, Mont Perdu, Balaïtous, Néouvielle...), ce qui nous décidé à déjeuner devant ce panorama. Alors que le soleil commence à être à son apogée, nous descendons par la voie normale à travers une piste sèche, qui nous amène à une bifurcation pour prendre le sentier des muletiers parcourus par le GR 10, voie historique qui a permis d'alimenter le Pic du Midi pendant 70 ans, pour nous ramener à notre point de départ.

 

      Vendredi 15 juillet : Le pic du Montfaucon par l'arête NE, l'Arbizon et retour par la brèche d'Aurey

Départ à 06h50 aujourd'hui (presque une grasse matinée !) depuis les granges de Camoudiet avec un départ sur des pentes herbeuses raides qui réveillent rapidement les organismes. On suit ensuite un sentier que l'on va quitter pour attaquer l'ascension du pic à travers une petite sente peu visible. Peu avant le sommet, un pas d'escalade est franchi aisément grâce à une corde mise en place par Eric, un des encadrants. Nous terminons rapidement via une crête pour arriver au sommet du pic du Montfaucon avec une vue imprenable sur l'Arbizon, point culminant de cette sortie, que nous atteignons après une dernière heure d'ascension pour y déjeuner. Vue magnifique sur l'Anéto et le Pic du Midi de Bigorre. La redescente s'effectue via la brèche d'Aurey et ses gros éboulis de cailloux que nous traversons avant de rejoindre le sentier nous ramenant au départ.

 

      Samedi 16 juillet :  Le Pic Royo et le Perdiguère via le refuge du Portillon depuis les granges d'Astau

Départ à 07h00 (c'est de plus en plus tard...mais 1 heure de trajet avant...) depuis les granges d'Astau afin d'aller voir les 3000 du Luchonnais. Après un passage aux lacs d'Oo et d'Espingo et une longue ascension de plus de 4 heures, nous arrivons enfin au refuge du Portillon où nous déjeunons. Après avoir laissé le matériel inutile au gardien, nous partons en direction du vallon inférieur de Litérole pour parcourir la crête et arriver col supérieur du Litérole et attaquer la montée finale au Perdiguère. Nous redescendons ensuite avec prudence au col supérieur et rejoignons le refuge par la voie normale à travers les éboulis.

 

      Dimanche 17 Juillet : la Tusse de Montarqué et le Pic Gourdon et retour aux granges d'Astau

Départ à 07h00 avec une montée qui nous permet d'atteindre rapidement la Tusse de Montarqué avec une vue imprenable sur le Pic Gourdon et les Spijeoles. Nous chaussons ensuite les crampons pour descendre un névé et commençons ensuite à remonter en direction du col des Gourgs Blancs. Nous nous encordons ensuite pour monter la crête et arriver sans grosse difficulté au sommet du Pic Gourdon. La descente s'effectue par le même itinéraire en posant quelques points pour la sécurité. Nous déjeunons ensuite au pied des Spijeoles et enchaînons pas plus de 4 heures de descente pour rejoindre les granges d'Astau.

 

 

De belles sorties que tout pyrénéiste doit avoir fait au moins une fois dans sa vie, ce qui appellent de nouvelles courses avec le caf de Bagnères-de-Bigorre dans un esprit convivial entre clubs unis par une passion commune.

 

Vivien

 

Pic du Midi de Bigorre:

Pic de Montfaucon et Arbizon:

Secteur du refuge du Portillon:

9 au16 juillet 2022: Baronnies provençales

"Je me présente : je suis un rutilant mini-bus et durant la semaine du 09 au 16 Juillet j'ai été fier d'arborer les belles couleurs de l'OMSEP sur les routes de la DROME PROVENCALE.

 A mon bord des Cafistes du club de St Girons et Couserans prêts à en découdre avec de belles sorties sur différents beaux massifs où abondent sentiers ludiques, rochers colorés, falaises effilées et d'impressionnantes gorges.

Afin de les mener au départ des randonnées, j'ai eu le bonheur de traverser des villages tous plus typiques les uns que les autres et, bien sûr, des magnifiques champs de lavande et d'oliviers. Heureusement je suis équipé de la "clim", donc le projet proposé par notre ami Dominique (CAF Orthez) fut réalisé dans son intégralité. En plus des sommets emblématiques (les Trois Becs, le Rocher de St Julien...), je les ai accompagnés lors de riches balades "Patrimoine" (château de Grignan, fabrique de Santons, grands marchés traditionnels...) Tout cela sous l'œil du majestueux géant de Provence : Le Mont Ventoux.

Le soir, tandis que je reposais sur mon parking réservé à Buis les Baronnies, je pouvais entendre les joyeux montagnards qui fêtaient leur "troisième mi-temps", mais je ne délivrerai pas tous les secrets, je vous laisse deviner...

Voilà mon histoire, je suis rentré à bon port, sans une égratignure, conduit avec précaution par Marius, avec tout plein de bons souvenirs. Je conseille à Tous d'aller faire un petit tour dans cette belle région de charme, regorgeant d'activités, un paradis pour les randonneurs, les grimpeurs, les vététistes...car moi, j'ai envie d'y revenir !!!"

Photos: Malou

12 juillet 2022: Pic de Barlonguère

Pic de Barlonguère (2802m) – 23km – 2400m deniv + 12/07/2022

C’est ma première sortie avec un club de montagne. Nous étions 3, Didier, Michaël l’encadrant et moi même. J’avais un peu appréhension sur le rythme de marche n’ayant jamais fait d’aussi longue randonnée, mais l’envie de découvrir le pic de Barlonguère était plus forte. Après une nuit agitée, nous nous retrouvons à 6h sur le Parking de l’Office du Tourisme de Castillon et montons dans la voiture de Michaël pour un court trajet jusqu’au parking de la maison du Valier.

Nous décollons à 6h30 avec le matériel hivernal piolet/crampons et cordes en prévision d’éventuels névés malgré la chaleur. Nous commençons par une montée abrupte dans la forêt de la vallée de Peyralade où nous apercevons de jolies cascades. A la sortie de la forêt, un magnifique point de vue sur le pic de Barlonguère s’offre à nous, il paraissait très très loin ! Nous venons de faire 400m de dénivelé, il est 7h30.

Au creux de la vallée nous faisons une courte pause pour déguster des myrtilles.
Nous continuons l’ascension sur le GR jusqu’au début du « sentier » qui mène au pic de Barlonguère. L’encadrant nous propose de nous arrêter pour remplir les gourdes et grignoter quelques fruits secs pour reprendre des forces car il nous reste encore 900m de montée.
Michaël nous guide sur un parcours très peu balisé, les kerns sont très peu visibles et je me demande comment on fait pour trouver son chemin dans cet environnement minéral.
Après un pierrier, nous arrivons sur un petit col où nous avons un beau point de vue sur l’étang du Tuc du Mil qui est encore tout gelé, c’est la pause photos.
Arrivés au col au dessus de l’étang du Tuc du Mil, le panorama nous subjugue ! Vue sur les Pyrénées Espagnoles et le massif de la Maladeta.
L’encadrant nous propose de pic-niquer au sommet ou au col sur le retour : nous choisissons le sommet !
Le chemin est escarpé et parfois glissant : la prudence est de mise.
Arrivés au Pic de Barlonguère (2802m) à 11h45, nous sommes émerveillés du panorama qui offre un point de vue sur tous les pics du Couserans : le mont Valier, le Maubermé, la Mailh de Bulard, Serre Haute, le Crabère...
Nous restons en contemplation pendant une heure, le temps du déjeuner.
D’en haut, nous voyons bien le chemin que nous venons de faire, le chemin dessiné dans la vallée ainsi que les crêtes qui nous tendent les bras.
À 13h nous retournons au col et entamons les crêtes direction le port de Gireta.
Nous surplombons durant cette course de 3,5km les somptueuses montagnes environnantes.
Sur ce milieu très minéral, les innombrables fleurs et papillons nous émerveillent.
Arrivés au Pic de Gireta (2594m), nous sommes face au troupeau de brebis et nous décidons, pour contourner le patou, de passer par le Tuc Blanc (2588m) qui nous offre une splendide vue sur l’étang long et le Mont Valier.
Nous rejoignons le port de Barlonguère pour entamer la descente vers la vallée du Riberot.
Le névé annoncé se contourne facilement sans matériel de neige.
Un petit plouf à l’étang rond et nous descendons rapidement par le GR fréquenté jusqu’au parking, il est 19h30.
Magnifique randonnée, très bonne ambiance et entente dans le groupe, l’encadrant était très à l’écoute de mon rythme de marche.
Merci Michaël pour ce beau voyage.

Fabie S.

10 juillet 2022: Cabane d'Urets par la cabane d'Artignan, en boucle

 

1949 m , déniv 1200 m, 6h, 15 km, N2

"Merci à Didier (ou Tchéky🤣🤣)

Magnifique rando avec une belle mise en jambe au départ du Bocard d’Eylie sur un sentier plutôt boisé, à la fraîche avant de continuer sur un dénivelé très appréciable en flanc de montagne avec des paysages à couper le souffle jusqu’au barrage d’Urets en passant par la cabane d’Atignan.

Entre des vestiges de la mine de Bulard, des campanules agglomérées (si je ne me trompe pas Gisèle 🤣), des chardons, de délicieuses myrtilles sauvages, de magnifiques frênes. Sans oublier nos amis les vaches, chevaux et troupeaux de moutons de bergers et leurs jolis toutous.

Arrivée au barrage d’Urets pour casser la croûte face au port d’Urets et le Pic du Maubermé qui nous surplombe.

Retour tranquille toujours sous le soleil et la fraîcheur des bois avant de clôturer la sortie par un petit verre bien sympa en terrasse à Castillon.

Encore une super rando en bonne compagnie, je vous dit à bientôt pour la prochaine et Jean François avec de bonnes chaussettes 😉👋"

Sabrina P.

 

Photo: Sabrina, Didier.

3 juillet 2022: Pic du Lion et Pouy Louby

2&3 juillet 2022: Pique Longue du Vignemale et plus encore.

Samedi 2 juillet 2022, Pic de Labas (2946m) et dimanche 3 juillet, Pique Longue du Vignemale (3298m), pic du Clot de la Hount (3289m), pic de Cerbillona (3247m)

 

Top départ pour le week-end dans les Hautes-Pyrénées afin de faire l’ascension de la Pique Longue du Vignemale et du Pic de Labas organisé par Cyril. 

Nous démarrons à 6H30 de Saint-Girons. Deux voitures se suivent afin d’emmener les 7 participants que nous sommes (Cyril, Vivien, Agathe, Philippe, François, Sabrina et moi) dans la vallée d’Ossoue. 

Le soleil est de la partie pour le week-end, ce qui me ravit car le soir, nous bivouaquons. Surtout que pour Sabrina et moi ce sera une nuit à la belle étoile. 

 

Après avoir marché pendant près de 2H, et admiré quelques marmottes peu sauvages nous posons notre bivouac vers 2300m, dans le vallon montant à l’est vers le col des Gentianes. Après avoir bien déjeuné, nous partons en direction du Labas pour admirer la belle vue sur le glacier d’Ossoue et le massif du Vignemale. De l’autre côté, nous admirons la vallée d’Estom, le lac des Gentianes. La vue est merveilleuse, un temps radieux nous permet de voir loin sur les différents massifs. 

 

Une fois revenus au campement, Cyril et Vivien nous apprennent quelques techniques pour évoluer sur le glacier, comme l’encordement, le mouflage, ... 

Je sens enfin arriver l’heure de l’apéro tant attendu ! Le moment est superbe, un bon groupe, un bon graillou, et un temps parfait. 

 

Après une nuit à la belle étoile, Cyril me réveille pour le petit-déjeuner. Evidemment, tous sont déjà en train de ranger ou de faire chauffer l’eau et moi je dors tranquille ! 

Nous débutons notre ascension vers 7H15, je stresse. J’ai l’estomac noué, je ne peux pas avaler grand chose, mis à part un bout de gâteau au yaourt. 

On progresse tranquillement jusqu’au glacier, passant par une vire, et admirant le magnifique paysage. Puis la montée du glacier se fait sans problème, mis à part que je me fais un peu distancée par le groupe à cause d’un coup de mou. Finalement j’arriverai au sommet de la Pique Longue, comme les autres. Le toit des Pyrénées françaises ! Quel moment unique ! 

Apres quelques photos et deux ou trois rondelles de saucissons, nous repartons par la crête jusqu’au pic du Clot de la Hount puis au col du Cerbillona. Certains d’entre nous iront jusqu’au sommet du Cerbillona pour admirer la vue sous un angle différent. 

Le retour est là mais il reste encore une sacrée bambée. Passage par la sortie du couloir de Gaube, puis à notre campement pour récupérer les quelques affaires que nous avons laissées. 

Nous arrivons à la voiture vers 17H00. 

 

La boucle est bouclée, je suis émerveillée, le groupe aussi. 

Merci à Cyril et aux participants pour ce fabuleux week-end. 

 

Manon

 

photos: Cyril

25 juin 2022: Pic sud de Canalbonne, par les étangs de La Gardelle

25 juin 2022: Escalade au port de Lers

Après un départ de Saint-Girons aux alentours de 10h, nous (Olivier, Denis et moi-même) rejoignons Cyril à Oust avant d'arriver au port de Lers à 11h. Nous débutons la journée sur le versant Sud-Est. Le vent souffle fort et en rafale, mais le soleil vient nous réchauffer et au bout d'une heure nous faisons tomber les vestes. Plusieurs belles voies rééquipées par Olivier et Denis il y a deux ans offrent de belles sensations sur des longueurs de près de 35 mètres. Après un repas bien mérité, Reiner et Benjamin nous rejoignent. Nous en profitons pour suivre le soleil et passer sur le versant Nord-Ouest. La journée se termine par quelques grosses voies dont un 6C bien corsé et peut-être à re coter. Nous partons juste avant la pluie, vers 19h, et nous sommes accueillis sur le parking par les buffles de l'élevage de Massat. Retour à Saint Girons à 20h15.

Jean-Baptiste

 

Photos: Jean-Baptiste, Olivier, Cyril.

19 juin 2022: Mont Ceint

 Merci à Agathe et Vivien pour cette magnifique rando et à l’équipe pour la bonne humeur 

🤪

Départ du Port de Lers (1517m) direction le Mont Ceint (2088m).

Belle ascension avec de supers conditions, journée ensoleillée avec du vent donc très appréciable au vu des chaleurs actuelles. Des paysages magnifiques où l’on a pu admirer la flore avec ses beaux rhododendrons bien fleuris entre autres et la faune avec des chevaux, moutons et vaches sur les estives.

Des sentiers variés, balisés (PR et GR) en s’accordant même du hors sentier, à la fois verdoyants et rocailleux, un régal.

Ascension dans l’ensemble plutôt constante avec quelques dévers par moment qui m’ont fait monter le cardio pour la fille du plat pays que je suis mais la vue en valait le coup.

 

Au sommet, sublime panorama de la chaîne pyrénéenne avec entre autres le Pic des 3 Seigneurs d’un côté et de l’autre, le mont Rouch, le Valier....

On a continué vers le port de Saleix avec en contrebas Aulus-les-Bains, pour aller casser la croûte à l’étang d’Alate (1868m), la température de l’eau au passage... excellente.

On est repassé par le port de Saleix pour faire une boucle en contournant le Mont Ceint par l’ouest et revenir au Port de Lers.

 

A l’arrivée, petit arrêt au bar de l’étang de Lers pour siroter un p’tit verre bien frais, bien mérité et faire de jolies connaissances.... Voilà ce que je suis venue chercher en m’inscrivant au Club Alpin de St Girons.

Encore merci et vivement la prochaine

 

Sabrina

 

PS: Clin d’œil à Benoit « Agathe my mind set on you » 🤣🤣🤣

 

Photos: Agathe, Sabrina.

 

18&19 juin 2022: Mont Valier, en boucle hors des sentiers battus

Samedi départ de st Girons à 6h30 pour rejoindre le parking de la vallée d'Estours (667 m) 

L'itinéraire pour les 8 cafistes inscrits :

Cabane d’Aula, col de Peyre Blanc, petit Valier et Mt Valier. 

Une seule difficulté pour la journée : l'ascension du Peyre Blanc (bien enneigé). 

Crampons aux pieds dans une bonne neige nous atteignons le col à 13h45. Pause déjeuner avant de repartir pour gravir le petit Valier et le seigneur du Couserans par la crête. 

Le but est atteint vers 16h.

20 km 2300 m D+ 

 

Descente vers l'étang à côté du refuge pour un bain dans une eau assez froide (mais pas pour tout le monde). Retour au refuge des Estagnous où c'était l'ouverture. Excellent accueil des gardiens, apéro et digestif offert, et le champ’ porté et offert par Yannick pour fêter son BREVET DE RANDO ALPINE.

 

DIMANCHE 

Après une nuit bien ventée et qui n'a pas faibli au moment du départ. 

Après concertation des deux encadrants la décision est prise de changer l'itinéraire du retour. 

Montée au col de Pécouch, puis rejoindre le col du Cruzous. 

Pour basculer dans la cheminée, les encadrants nous ont encordés les uns après les autres (mousqueton et sangles) sécurité au maximum. Petite pause au bas de la descente et nous voilà repartis joindre la petite cabane et la cascade d'Arcouzan.  

Retour au parking du départ 17h.

 

Merci Yannick pour l'organisation de cette belle rando physique mais inédite pour tout le groupe, 

Dans ce coin sauvage de notre cher Couserans 

JL

 

12 juin 2022: Tuc du Coucou par la voie Decauville

Départ du parking de la Pucelle (vallée d'Orle) par une belle journée ensoleillée.

Après une petite montée en sous-bois on passe en balcon pour voir les vestiges de l'ancienne mine (petits wagonnets rouillés par le temps), traversée des 3 tunnels à la lampe torche.

Puis nous remontons vers la cabane du Besset et croisons quelques chevaux. Une halte pour se rafraîchir et nous voilà repartis pour la cabane du Clot du Lac. Le Tuc du Coucou face à nous que nous gravissons allègrement (1890 m) ! Une vue panoramique à 360° sur le Valier, la Mail de Bulard... nous récompense de l'effort ! 

Une descente arrosée de quelques gouttes de pluie rafraîchissante et une arrivée en apothéose consacrant par un goûter de bienvenue notre nouvel encadrant Didier et la réussite des formations de notre président Vivien !

Ghislaine P.

 

Photos: Didier

 

11 juin 2022: Etang de Cruzous.

 

Photos: Karine

 

11 juin 2022: Pic de la Calabasse depuis l'Osque du Couret en Boucle par le col de la Terme.

 

On connait Élodie comme co encadrante notamment pour le séjour dans la Maladeta et l'Aneto.

Samedi les adhérents ont pu apprécier ses qualités d'encadrante. 

Rdv à 7 h pour st Girons, 7h 30 Argein, pour un départ de la rando à 8h30 (un peu retardé sur la route par la transhumance). 

7 Cafiste, la maman venue encourager sa fille et deux cartes découvertes.   

Après avoir longé la piste au premier virage c'est le sentier qui monte assez raide dans le bois. 

La journée s'annonce belle dans la bonne humeur. 

Une heure plus tard on retrouve la piste forestière des Tremailles. Les sonnailles retentissent au col de l'Herbe Soulette. Il faut se frayer un passage au milieu des troupeaux de vaches brebis et chevaux. 

On atteint la table d'orientation pour la première pause. L’encadrante vient aux nouvelles de chacun d'entre nous. 

Le sommet est bien éclairé, la montée vers le col de la Terme se fait sans encombre au milieu des rhododendrons déjà bien fleuris. 

Du col on peut se rappeler les randos hivernales 

Le tuc de Bouc et le pic du Mil par la vallée de l'Izard et le cap de Gauch. 

Le groupe progresse bien pour la dernière ascension toujours sous l'œil attentif d'Élodie. 

Le sommet est atteint vers 12h 30. Quelques photos, surtout les rocailles fleuries. 

Alain situe quelques sommets mythiques du Couserans et d’Espagne. Il fait chaud même au sommet, on décide de redescendre pour la pause déjeuner. Toujours en présence des troupeaux on trouve un coin à l'ombre pour se restaurer. (Quelques spécialités maison un vrai moment de partage sans oublier les boissons apportées par Christine et Alain). 

Après ce bon moment convivial il faut continuer la descente vers le parking où une surprise attend la nouvelle encadrante.

Comme d'habitude lorsqu’un(e) nouvel(le) encadrant(e) effectue sa première sortie officielle le club offre une petite réception à son intention. 

Une table improvisée (croustade du pays et quelques boissons) 

Élodie nouvelle encadrante un peu émue.

Des participants contents de cette belle journée.

Merci Élodie ; à la prochaine 

JL

 

photos: Elodie, Jean-Louis

 

11 juin 2022: Grimpe sur la falaise du Port de Lers

Grimpe sur le secteur « Apprenti grimpeur » où malgré la forte chaleur, un petit air rafraîchissant remontait le long de la falaise pour tenir en éveil les assureurs. Le rocher, du calcaire, y est particulièrement propre et sain, avec une très bonne adhérence pour les pieds, et de confortables poignées dans les voies les plus faciles. Jusqu'à 35m de pur bonheur.

En bref, une très belle journée de grimpe !

Cyril

photos: Olivier, Denis, Cyril

6 juin 2022: Tuc de Berbégué

5 juin 2022: Pic de Montardo, en Val d'Aran

Départ du parking de Riussec, montée par le refuge et le lac de la Restanca. Nous avons quitté le GR10 pour monter au Montardo 2833 m.  Belle terrasse ensoleillée, vue sur l'Aneto et la Maladeta qui nous a rappelé de très bons souvenirs . Nous avons continué vers le Pic de Montardo petit 2785 m en boucle par les crêtes dans le cirque de Montardo entre les étangs de Calodes et Longes où nous avons pu apercevoir de belles perdrix blanches et grises ainsi que des marmottes. Descente par les riberata et Montcusau. Retour vers 19h, 1700 m de dénivelé et 22 km de distance.
Merci Didier pour cette rando, nous avons passé une très belle journée dans la bonne humeur.
On en veut encore !
Christine

 

 

 

Pour les sorties précédentes de la saison 2021-2022: rendez-vous ICI.