Actualités

Sorties du 11 au 17 décembre (lun., 11 déc. 2017)
>> Lire la suite

Montagne infos n°55 (ven., 08 déc. 2017)
>> Lire la suite

Lettre du Milieu Montagnard n°54 (mer., 06 déc. 2017)
>> Lire la suite

Partenariat Stations de ski (sam., 02 déc. 2017)
>> Lire la suite

Les adhésions sont ouvertes!

Venez nous rejoindre en cliquant ici.

Intemporalité sur la falaise de Calamès...

cliquer sur l'image pour l'agrandir
cliquer sur l'image pour l'agrandir

 

       C’était un jour sans appareil photo. Oublié. Peut-être volontairement, ou pas. Parce que Papy à Calamès, on connait. Déjà 3 visites avec le club, pour goûter à la joie de parcourir des voies top de gamme.

 

      Papy c’est l’ADN de l’escalade : d’abord le soleil, présent toute l’année, climat quasiment méditerranéen, seulement 500 mm de précipitation par an. Et puis le cadre, ouvert des crêtes du Couserans, jusqu’à la frontière de Cerdagne. Enfin, le rocher : grandes dalles de calcaire truffé de prises, pas encore patinées par 20 années de grimpe. Comme disait Patrick Edlinger « si t’as pas grimpé à Papy, t’as rien compris ».

 

      Alors on a grimpé. Et pas qu’un peu. Huit longueurs dans le 5B et 5C. 250 m d’escalade. Jusqu’à ce que les pieds disent stop au fond des chaussons et que le soleil tombe derrière le col de Port.  

Une bien belle journée avec Etienne et sa coppa, Catherine et son jus de pomme, Emmanuelle et ses pas de côté. Spéciale dédicace à Denis resté à l’ombre d’une réunion toulousaine pour le fonctionnement du club.

12 novembre 2016: Pic de la Calabasse

Rdv pris au parking de la salle des Fêtes à Engomer à 8h pétantes sauf pour certains qui se sont donnés rdv à la gare de Saint-Girons. On récupère les derniers à Audressein. Nous nous embarquons rapidement en covoiturage dans deux voitures, direction Saint-Lary pour ensuite monter au parking de l’Osque de Couret.

Après avoir fait nos sacs qui nous semblaient si légers au départ de la maison, nous avons du les compléter par du matériel de rando d'hiver, ce qui a peut-être doublé le poids initial... Cela ne m'a pas trop impressionné, mais certains ont bien râlé, car la précédente sortie du caf avait été bien plus chaude. Parés comme nous étions (DVA, pelle, sonde, raquettes, crampons, piolet), rien ne pouvait nous arriver !

 

L'ascension commence par une piste confortable, puis nous nous engageons à travers bois dans des pentes bien franches en direction du col de l'Herbe Soulette. Il s'agit de ma première sortie en montagne depuis de longs mois, ce qui n'est pas pour faciliter un départ aussi sec. Je laisse passer mes compagnons de rando devant, Alain ferme la marche, et nous progressons chacun à notre rythme. Le sentier est bien marqué par endroits, mais nous devons parfois franchir des passages sous les arbres, en soulevant des branches pour nous hisser vers un sentier plus praticable. Cela me met rapidement dans l'ambiance des sorties CAF.

 Sortis des bois, nous apercevons sous un beau ciel bleu (le seul de la semaine) le sommet enneigé du pic de la Calabasse qui nous attend avec impatience ! La croix du col de l'Herbe Soulette nous offre un prétexte de pause afin de nous équiper des DVA. De là, nous commençons à rencontrer quelques plaques de neige, ne nécessitant pas de chausser encore les raquettes. Nous franchissons les plants de rhododendrons, les plaques de neige et les rochers apparents jusqu'à arriver à la neige recouvrant toute la montagne jusqu'au sommet, nous obligeant à chausser les crampons.

Etant donné qu'il s'agit de ma première sortie depuis trop longtemps, les 900m de dénivelé déjà franchis paraissent à Rémy un premier objectif atteint suffisant pour moi ce jour là. Je suis de son avis également. Avec moi s'arrêtent également Jeanine et Robert qui n'ont pas l'équipement suffisant pour continuer. Nous faisons alors deux groupes, l'un continuant l'ascension et l'autre entamant la descente. Nous mangeons au soleil, avec une vue magnifique. Le froid commence à se faire sentir, ce qui nous pousse à descendre encore davantage jusqu'à la table d'orientation pour retrouver le soleil qui commençait à se cacher derrière la montagne. Pendant ce temps les quatre équipiers ayant atteint le sommet  nous rejoignent en vue de revenir tous ensemble aux voitures par un autre chemin. Nous marchons sur une large piste forestière, puis Alain et Hélène, connaissant bien ce coin, proposent un raccourci ce qui  rassure tout le monde. Rapidement nous arrivons aux voitures, et redescendons boire un coup à Argein.

 

Ce fut une très belle sortie satisfaisante à tous points de vue : le temps était avec nous, la bonne ambiance et la montagne toujours aussi magnifique !

 

Emilie, nouvelle adhérente

 

30 octobre 2016: Pic de la Journalade

Récit d'une nouvelle adhérente Cathy:

 

Rdv à Saint-Girons pour Nicole, Alain et Rémy. Ils me récupèrent de bonne heure à Kerkabanac.

Direction Col de Port pour cette rando programmée quelques jours auparavant.

Soleil,  ciel bleu et magnifiques couleurs d'automne déjà au rdv, pour en prévision enchaîner les 3 sommets d'Estibat, de la Journalade, du Cap de la Dosse.

 

Au départ du col, direction le Sud et un sentier qui nous mène au pic d’Estibat, panorama magnifique sur les chaînes Ariégeoises.

Rapide pause avant de redescendre à gauche sur une crête herbeuse par un sentier bien tracé, qui remonte  jusqu'au sommet des Griets . On poursuit sur la crête jusqu'au col de l'Estagnou.

Remy juge plus prudent de contourner par la droite et d'éviter (à la nouvelle recrue) le passage un peu délicat avant d'approcher le pic de la Journalade.

Nous redescendons  et abordons la remontée bien raide juqu'au col entre le sommet de Peyre Blanque et le Cap de la Dosse .

Merci Alain pour tes miraculeuses pastilles Vichy, bananes séchées, ...source inépuisable de motivation.

 

Enfin la pause déjeuner,  sublimée avec l'excellent jus de fruit portugais (Porto)et fromage de montagne d'Alain sous l'oeil indifférent de quelques vautours.

 

Nous sommes prêts pour la redescente, par la vallée de Loumet, direction le col du Pla de Pesse.

 

Après une petite pause sur les pentes herbeuses, contemplation des couleurs automnales, nous poursuivons la descente jusqu'à la cabane de la Doule, en ruine, franchissons le ruisseau pour passer rive gauche.

Un joli Ori nous distraît momentanément, avant de plonger dans la végétation épineuse (sans machette, dommage..) pour finalement  retrouver un peu plus loin le sentier qui nous mènera à travers les fougères à l'entrée de la forêt de Sauzet.

Nous rejoignons la piste forestière qui nous mènera jusqu'à la cabane pastorale de l'Estibat.

 

Pause chocolat avant de remonter vers le Nord-Ouest,  jusqu'à rejoindre la crête et retrouver la descente vers le col de Port.

 

Sacrée première avec vous, que j'espère bien poursuivre d'une longue série.

Au total le gps de Remy nous indique 1200m de dénivellé et 18km de distance, de quoi me remettre en forme aprés une certaine coupure!

 

Un grand merci à tous les 3 pour votre patience, vos encouragements, votre bonne humeur, pour cette magnifique randonnée automnale.

22 octobre 2016: Pic du Cagire

Récit de la sortie au Cagire par 2 futures adhérents Amandine et Laura, ayant bénéficié d'une carte découverte:

 

Première sortie pour nous avec le CAF de Saint Girons et nous avons été ravies.
Rdv donné le matin de bonne heure à Engomer par l'encadrant et nous retrouvons l'ensemble du groupe à Audressein.En route vers le col de Menté début de notre randonnée. 
Ce fut une très belle course avec un passage par les crêtes très sympathique!
Un beau soleil nous a accompagné tout au long de la journée. 
Notre arrivée au pic du Cagire a été récompensée par une vue magnifique très dégagée. Nous n'étions pas bien évidemment les seuls à admirer le panorama vous vous en doutez.
Nous avons pris le casse-croûte juste au dessous du Pic et quel casse-croûte.... 
Pâté maison, saucisson de sanglier et petit verre de vin nous ont permis d'être en
forme pour la descente !
Le circuit est vraiment à recommander pour tous les amateurs de montagne,  la sécurité offerte par le club alpin de Saint-Girons a été pour nous l'occasion de se lancer et l'on sait désormais que nous pourrons progresser en devenant membres.
Merci à Rémy, Jeannine et Robert pour cette belle journée"

15&16 octobre 2016: Brame du cerf à la cabane de Troumas

Une météo idéale, une équipe plus que sympathique, une organisation parfaite, tout le monde

 

y mit du sien, le matériel d’observation était entre nos mains, nos ouïes « affutées »….mais…mais ,

 

….de brame il n’y eut que le silence de cette belle vallée de l’Isard et de proche en loin quelques détonations du fusil de chasseurs en mal de gibier.

 

Qu’à cela ne tienne, la cabane de Troumas eut  tous les atouts pour que nous y passions une très agréable soirée.

 

Ciel couvert puis beau soleil le lendemain pour un petit casse-croûte en terrasse au refuge de l’Etang d’Araing pour son jour de fermeture.

 

Un bien « bon » week-end en très agréable compagnie.

 

Merci à Sabine, Pascale, Pierre, Alain et Christophe d’avoir participé à cette belle équipée.

 

Émile.

 

Photos Emile.

 

9 octobre 2016: Tuc de Montaud

Nous démarrons la sortie du col de Pause avec un magnifique brouillard, le début se fait sur la piste jusqu'à l'étang d'Areau, facile.
C'est à partir du col de Courbe que les choses se compliquent...
Sur un sentier très peu fréquenté, le brouillard épais, une pente pentue et l'herbe mouillée qui rend le terrain glissant, ça patine quoi….
L'heure avançant, et étant encore un peu loin du pic de Montaud, nous montons au Cap de Hoque Prégonne où nous prenons le casse-croûte.
C'est d'ailleurs sous un magnifique soleil que nous cassons la croûte avec une immense mer de nuage sous nos pieds.
La décision est prise de faire la crête jusqu'au tuc de Bignau et le Port d'Aula où nous retrouvons le brouillard encore plus épais que le matin.
Heureusement, il y a le GRT puis le GR10 jusqu'à l'étang d'Areau qui nous évite de galérer dans ce brouillard. Dommage pour les photos. 

Merci à tous pour votre belle compagnie.
Christophe.

10 septembre 2016: Canyon de l'Artigue

Après un départ matinal et ponctuel nous arrivons au parking de L'Artigue pour retrouver notre guide du jour,  Nicolas.  Distribution du matériel, hyper pro et organisé, l’équipe est prête pour la petite heure de marche d’approche vers le départ canyon. Les combinaisons sont alors enfilées, avec difficulté mais pour notre confort. Les consignes sont données par Nicolas de façon progressive et adaptée propre à rassurer notre groupe de « presque » débutants. « Les sauts ne sont jamais obligatoires, chacun aura le choix de sauter ou non » dit Nicolas.  Commencent alors trois heures de descente alternant marche aquatique, saut et ou rappe, toboggan.  ……….Un vrai plaisir dans ce canyon de schiste parsemé de blocs de granit. Le soleil perçant progressivement des nuages, la fin approche, déjà … . Une très belle expérience accessible et vivifiante,  à renouveler avec enthousiasme.

Bien cordialement.

Françoise CANETOS    

27&28 août 2016: Pic de Madamette

C'est sous un beau soleil que nous démarrons la rando au lieu-dit " Tournabout", au-dessus de Barèges.IL est déjà 13h00 et temps de passer à table et c'est dans un bosquet, à l'ombre des sapins que nous mangeons tout en étant spectateurs de la course GRP qui a eu lieu ce weekend-là. Nous repartons direction la cabane d'Aygues Cluses au milieu des concurrents et autres randonneurs qui eux aussi passent à cette cabane où il y a un ravitaillement. Après la corvée de bois, c'est toujours en spectateurs que nous avons passé une partie de l'après-midi, comme d'autres randonneurs qui ont campé autour du lac de Coueylan Gran. Le soir venu, c'est une belle grillade de magret que nous dégustons, quel régal....

Dimanche, je décide de laisser de côté le col et le pic d'Aygues Cluses car j'ai peur que cela fasse un peu trop long  et nous montons au col de Barèges pour ensuite faire toute la crête jusqu'au pic de Madamète en passant par le pic d'Estibere. Une belle crête qui nous offre une magnifique vue sur le Néouviellle, le pic de Midi de Bigorre et tous les lacs qu'il y a sur les deux versants. Nous arrivons à midi pile au sommet de Madamette ou nous cassons la croûte toujours sous le très beau soleil. Le retour se fait par le lac de Tracens et dets Coubouts pour ensuite rattraper le GR 10 qui nous ramène aux voitures.

Merci à Serge de m'avoir accompagné ces 2 jours.

Christophe.

22 août 2016: Turbon et Cotiella

13 & 14 août 2016: Pic de Sauvegarde, lac de la Montagnette

A l’Hospice de France  le pic de la Pique nous accueille, la roche luisante au soleil. La montée aux lacs de Boums du Port parait bien ardue mais s’avère régulière malgré la distance. Rapidement  le soleil fait grimper le mercure mais les 10 candidats à l’aventure s’en accommodent. Arrivée au refuge de Vénasque bien logé en bordure des étangs d’un bleu éclatant….que de meilleur endroit pour se restaurer sur la berge de l’un d’eux.

Les sacs délestés d’une partie de nos affaires confiées au refuge nous poursuivons vers le lac de la Montagnette (2332m). Il nous apparait depuis le col éponyme (2421m), comme une invitation à la baignade….chose sera faite 90 mètres plus bas. La soirée se poursuit au refuge dans une ambiance toute en simplicité, bonne humeur et détente. Une amusante partie de cache-cache avec une hermine occupera de longues minutes pendant la digestion d’un excellent repas.

Deuxième jour, lever à une heure raisonnable et départ en direction du Port de Vénasque (2444m),

Un panorama époustouflant sur tout le massif de la Maladeta qui s’offre à nous dévoilant de fait la maigreur croissante de son glacier. Nous ne nous  y attardons pas, soleil oblige, et la troupe repart pleine pente sur le sommet du Pic de Sauvegarde (2738m). Vision à 360° sur tous les hauts massifs connus, Ariègeois au lointain, Haut Garonnais, haut Pyrénéens et Espagnols vers les Encantats.

Nous voilà déjà repartis vers le Port de la Picade (2440m) et le Pas de l’Escalette (2396m) où nous ferons une longue pause repas. Un petit crochet par le Soum de l’Escalette avant de « plonger » en direction du plateau du Campsaure et l’Hospice de France 1300m plus bas

Longue descente sur le plateau, sous un soleil de plomb, qui mérita bien un salvateur pot de l’amitié bien frais à l’auberge de l’Hospice.

Merci à Pierre, Sabine, Robert, Jeanine, Jean Claude, Elisabeth, Jacqueline, Annabelle et Guy pour cet excellent weekend.

Émile.

Photos : Émile.

11 août 2016: Pic des Pessons - Montmalus (Andorre)

C’est par un temps beau mais très frais (il avait gelé la nuit), que nous sommes partis du parking de Grau Roig pour le cirque des Pessons.

La piste forestière nous amène au lac primer, premier lac de ce vaste cirque. Nous empruntons alors le GR7 qui monte en pente douce, le long des lacs puis grimpe en zigzag vers le col de Pessons qui nous offrira une vue fantastique sur l’ensemble des lacs.

Arrivés au pic des Pessons, nous pouvons également admirer les lacs d’Ensagents et la partie haute de la Vallée du Madriu avec l’Estany de l’Illa.

L’objectif est de faire le tour du cirque jusqu’au pic de Montmalus en suivant les Crêtes au maximum. Nous franchissons quelques passages un peu délicats (tout le monde passe lentement mais sûrement). De part et d'autre, la vue est permanente sur les hauts sommets de la France, de l'Andorre et de l'Espagne. Puis nous redescendons par une cheminée assez droite sur le versant opposé des Pessons où la pause crasse croûte est la bienvenue.

De là nous poursuivons notre route vers le Montmalus, puis redescendons par l’étang de la Coma Estremera, pour finir le tour du cirque. Les marmottes sont sorties elles aussi et se dorent sur les rochers.

Nous finissons notre randonnée autour d’une bonne Cerveza à la station de ski.

Merci à l’ensemble des participants : Colette, Norbert, Gérard, Joseph, Frédéric, René, Evelyne et Serge.

30&31 juillet 2016: Refuge du Pinet – Pic du port de Sullo 3072m

C’est lesté de 6,5 kg de pain que nous avons rejoint le refuge du Pinet où officie Patrick depuis15 ans.

La priorité étant avant tout, le Sullo, le plus sauvage des quatre 3000 de ce massif de schistes ocres.

Le sentier bien qu’existant reste discret, et même disparaît dans les zones de coulées et de ravinement, dans ce versant aride.

Le sommet nous révèle en plus de sa beauté, ses vastes étendues sur l’Andorre. Nous n’avons pas le temps d’aller à l’Estats.

L’ouest est déjà bien accroché de nuées, le temps nous est compté.

Nous sommes dans l’obligation de descendre au plus vite, si nous voulons éviter l’orage.

De retour au Pinet, la pluie nous rattrape, nous rappelant qu’en montagne, la prudence est la priorité.

René

 

24 juillet 2016: Crêtes d'Auternac

Une journée prometteuse s’offre à nous au départ du col de la Core. L’étang d’Eychelles atteint, le petit groupe est bien en jambe et ne s’y éternise pas. Une petite halte à la cabane d’Eychelles pour décider de la direction à prendre. Nous optons pour un long travers en direction du Tuc de la Seube.

En crête une sympatique vue à 360°…mais quelques premières brumes à l’horizon. Direction quelques « bosses » plus loin vers le cap d’Auternac mais les estomacs manifestent.

Pause repas donc sous une alternance de soleil et de brume épaisse. Le retour se fera en crête vers le col d’Auédole avec une visibilité réduite jusqu’à ce qu’un Gypaète barbu vienne se faire contempler en cerclant au-dessus de nos têtes quelques minutes.

Une « balade » très agréable dans une ambiance toute en échanges et bonne humeur.

Un grand merci à tous pour ces bons moments.

Émile.

Photos : Émile.

24 juillet 2016: Pic de Lampau

Nous sommes 6 au départ du Pla la Lau à l'assaut du Pic du Lampau sous une épaisse couche nuageuse mais ce n'est pas ça qui nous fais peur.

Nous entamons la montée du Muscadet avec le GR10 et les innombrables lacets, heureusement d'ailleurs, en direction du Cap des Lauses, c’est à cet endroit que nous quittons le GR10 pour prendre sur notre droite et filler vers la cabane de Taus. De là, nous allons chercher le col de Craberous pour ensuite filer toute crête jusqu'au Pic de Lampau ou soit disant un super panorama nous attends!!! C'est sans compter tous ces nuages qui nous bouchent quelque peu l'horizon.

Le retour ce fait par l'étang du Crouzous ou notre chère Françoise à tous juste eu le temps de prendre 1 ou 2 photos avant que la brume nous gagne complètement et c'est dans le brouillard que nous faisons une partie du retour. Tant pis pour les étangs d'Arrouech et Milouga, décision est prise de rentrer par la cabane des Espugues  pour ensuite s'en revenir par le Muscadet.

Merci à Claire, Michel, Françoise, Paulette et Frédéric.

Christophe.

17 juillet 2016: Grand Barbat

C’est dans un décor authentiquement Pyrénéen, que nous sommes allés faire le pic Du Grand Barbat, situé dans les Hautes Pyrénées, au Val d’Azun, depuis le joli lac d’Estaing.

Lacs, faune et flore, neige, éboulis et forte dénivellation seront au programme du jour.

Le départ se fait au lever du soleil, nous commençons par suivre le GR.10 qui traverse la forêt, puis nous passons près de la cabane d’Arriousec 1400mètres, entourée de magnifiques Digitales pourpres.

Nous laissons le GR avant l’abri métallique du Barbat 1860mètres, sous le col d’Ilhéou, où paissent quelques vaches , de race Lourdaise ainsi que des chevaux et mules nullement perturbées par notre présence .

Nous continuons en direction du lac du Barbat 1973mètres puis remontons un vallon encombré de gros blocs de pierre d’où un isard observe la scène d’un air interrogateur !!

Nous progressons, en alternant , entre les blocs puis la neige, en direction de la brèche .

Brèche du Barbat 2640mètres, on peut observer d’un côté le chemin parcouru depuis le matin et de l’autre celui que l’on suivra pour effectuer la boucle avec notamment le lac du pic Arrouy , 260mètres plus bas.

La pente modérée sur le flanc gauche de l’arête, entre la brèche et le pic nous mène, sans difficulté jusqu’au sommet du Grand Barbat 2813mètres.
La vue y est splendide car il est à l’écart de la crête frontière et le ciel sans nuages nous laisse apercevoir les "célébrités" alentours : le Balaïtous;le Vignemale ; le Taillon ; le Mont Perdu ; le Néouvielle ; le pic du Midi d’Ossau.....

Pour le retour, nous avons rejoint la brèche tout en étant survolés par un vautour fauve et nous avons aussi observé les traces de passages de notre isard du matin, sans doute ?

De la brèche, nous descendons le couloir d’éboulis jusqu’au lac du pic Arrouy 2376mètres, longeons quelques cascatelles, contournons le magnifique lac Long, surplombons le lac Nère et rejoignons la cabane au Pla de Prat 1668mètres.

 

La chaleur se fait sentir de plus en plus alors que l’on s’approche du lac d’Estaing et nous retrouvons aussi, la foule bruyante mettant fin à notre superbe journée conviviale.
Merci à Serge C.

Cédric. 

3 juillet 2016: Cour Vic

La météo avait promis tempête de ciel bleu. Contrat quasiment rempli. Il n'est apparu qu'après une petite heure de marche, mais en compensation il nous a récompensés d'une superbe mer de nuages.

Passé le premier col, nous avons eu droit à ce que certains qualifient de la plus belle vue sur le Seigneur du Couserans.

 Une pause « grignotage » à la cabane d'Aula, puis cheminement tranquille dans le  GR10 jusqu'au plat de la Boucle d'Aula pour un dernier regroupement, avant d'attaquer la dernière centaine de mètres de notre but.

La pause déjeuner était plus prolongée que d'habitude, mais comment s'arracher sans regret de ce paysage ?

La descente vers le parking était tout aussi tranquille que la montée avec un petit supplément de bonheur le temps d'un bain improvisé dans l'étang d'Areau.

Un grand merci à nos deux Nicole, à Sabine, Pierre, Jacqueline, Rémy, Christophe et Maud (bienvenue à notre sirène).

André.

(Photos: Nicole et Christophe)

1er au 10 juillet 2016: Camp d'été de Pralognan en Vanoise

Globalement, le temps a été favorable avec 6 jours de grand beau et 2 journées au temps incertain avec de la pluie en soirée ou la nuit.

De ce fait, nous avons pu randonner tous les jours et ainsi réaliser le programme prévu.

Le point d’orgue a été la montée au refuge du col de la Vanoise face à la Grande Casse et l’ascension le lendemain de la pointe de la Réchasse et de la roche Férran par le glacier du même nom.

Mais nous nous souviendrons aussi de la montée au col du souffre par le lac blanc: paysages d’une beauté époustouflante...

Nous avons surtout pu admirer des cascades impressionnantes à la fois par leur hauteur et par leur débit, des marmottes, des bouquetins et même un petit renard pas du tout craintif.

La flore était également très abondante, nous avons découvert la pétrocalle des Pyrénées, mais déception, les sabots de vénus sont restés introuvables ...

On peut ajouter que le camping était fort agréable avec un accueil très sympathique, et que le soir, l’apéro à l’ombre du bois, au bord des torrents réfrigérants, était très apprécié.

Voici donc le programme réalisé jour par jour:

Mont Bochor et crêtes du col noir, retour par le refuge des Barmettes; 

Lac de la patinoire, lac des vaches et refuge du col de la Vanoise;

Pointe de la Réchasse et roche Ferran, retour Pralognan par le lac des assiettes et cirque d’Arcelin;

Pointe de Leschaux;

Petit Mont blanc en boucle;

Crêtes du Mont Charvet;

Roc de la Valette et refuge du même nom, par le pas de l’âne;

Col du souffre et pointe (sans nom) par le refuge Peclet Polset et le lac blanc.

Au total, nous avons gravi de l'ordre de 10000m de dénivelé positif en 8 jours.

Il est à regretter seulement le faible nombre de participants (4 au total), mais la bonne entente et la motivation du groupe ont fait de ce camp, une expérience des plus réussie.

26 juin 2016: Cazavet : sortie plantes sauvages

Un petit groupe de néophytes se retrouvait à Cazavet pour un atelier plantes comestibles et médicinales : tout d'abord sur le terrain pour l'étape essentielle : l'Identification. La période est particulièrement favorable puisque nous sommes en pleine floraison. Notre première visite fût pour la reine des prés qui porte bien son nom, elle est très utile pour le randonneur : une petite infusion de ses sommités fleuries permet d'enrayer fièvre, grippe, douleurs articulaires et courbatures. Beaucoup de plantes se sont invités d'elles-mêmes dans le jardin de Pierre : la piquante ortie très riche en éléments minéraux avec laquelle on fera des canapés, galettes et poudre pour faire la soupe en montagne, la consoude riche en potasse et dont on dégustera une tarte. Du pain à la poudre de feuilles de tilleul, comme dessert un riz aux fleurs de coquelicot et au gingembre et pour terminer une tisane aux pétales de rose et fleurs d'hibicus. Après un bon pique-nique partagé, il a fallu passer aux choses sérieuses, dur, dur pour celui qui avait des fourmis dans les jambes et surtout sur la langue pour nous régaler de ses petits jeux de mots. Dans la nature 80% des plantes sont comestibles. On abordera les notions de totum et de synergie. On ne peut citer toutes les plantes étudiées (environ une quarantaine) mais ils en restent encore beaucoup à voir plus spécifiques du milieu montagnard, où la survie peut parfois s'avérer utile. Peut-être une autre sortie pour juin 2017. Sabine 

25 juin 2016: Sortie spéléologie gouffre de Peillot

De l’autre côté du miroir…

Peu importe la couleur du ciel et la force des embruns, nous allons passer la journée dans une grotte, ou plus exactement un gouffre, le gouffre de Peillot à Cazavet.

Nicolas, spéléologue chevronné et bienveillant, nous entraîne dans un monde onirique peuplé de stalactites, stalagmites, d’excentriques, de fleurs de gypse, de drapés.

Une fois équipés de nos combinaisons rouges pompier, de nos casques à led et pour certains de nos bottes de 7 lieues, harnachés et armés de deux dégaines, d’une poignée, d’un bloqueur, nous rejoignons notre guide aux abords du gouffre, on longe la paroi glissante en s’assurant sur la main courante posée par ses soins, un peu comme en via ferrata, et Nicolas nous réceptionne pour nous faire descendre un à un au fond du puits, le long d’une corde à l’aide de la poignée.

Voilà, c’est parti, Catherine, Estelle, André, Gérard, Serge, et moi avançons vers l’inconnu. Nicolas nous laisse passer devant pour que nous profitions du plaisir de la découverte. On apprend à trouver le chemin, à repérer l’étroiture qui va nous faire basculer subitement dans une salle gigantesque. Sous terre, pas de balisage, c’est la règle, éventuellement quelques cairns, mais prudence ; Lors d’une pause dans une salle, Nicolas nous fait éteindre nos lampes et nous demande le silence, ce qui n’est pas chose facile pour tout le monde. On ne distingue même pas une ombre, c’est le noir complet, notre vue ne pourra pas s’accommoder, jamais. Pas un bruit, pas même un chuintement au loin.

Nicolas nous laisse tâtonner un peu pour retrouver le chemin du retour, c’est un vrai jeu de piste. On retrouve les cordes par lesquelles nous étions descendues, et on remonte avec une grâce certaine à l’aide de notre poignée et nos bloqueurs de pied.

Une journée forte en émotions qui aura réveillé notre goût de l’aventure qui sommeille en nous depuis l’enfance. Un grand merci à Nicolas Clément pour cette belle expérience.

Emmanuelle

22 juin 2016: Soirée escalade falaise de Prat

Falaise de Prat-Bonrepaux

Pour la dernière séance « mur », dernière en extérieur pour quelques-uns à la falaise de Prat pour une séance grimpo-pique-niquesque. La canicule de la journée a chauffé la pierre, et de 17h jusqu’à 21h, une certaine moiteur émanait des parois. Pratique ! On n’a donc pas lésiné sur la magnésie. Comme à son habitude, Olivier pose les cordes sur quelques voies pour que chacun puisse s’essayer à l’art de la grimpe. « Moulinette » ou « en tête », au choix avec toujours ce plaisir de tâter du caillou. Et pour tâter, ça va tâter jusqu’aux alentours de 21h ou, la nuit tombant, sur un plaid d’un autre âge, mais évitant que la poussière ne vienne assaisonner les salades et autres tartes, on a sorti les victuailles. Il y en avait pour 28, au bas mot, le groupe de 8 n’a donc pas manqué. A la nuit, peu avant 22h, tout fut plié… ou presque. C’était sans compter sur le traditionnel gag dit « de la dégaine restée en haut » qui obligea un volontaire vite désigné (c’est le principe : dernier arrivé, premier à s’y coller !)  à aller la récupérer à la lueur de la frontale. Ce coup-ci, on a pu admirer qu’Estelle, même de nuit et sur la digestion, était toujours aussi vive. Démarrage général sur les coups de 22h15 et voilà comment se termine la saison officielle. Remerciements appuyés à Olivier, Ioulia et Nico (bon, là, il surveillait le pack de 6, mais quand même…) pour leur dévouement toute cette saison. Pourvu que ça dure !

Denis (photos : Emile)

19 juin 2016: Pic de Bassibié

Bassibie Peak

Sunday 19-June 2016

 

 

Participants: Joseph, André, Stéphane,Marie,Nicole,Jack,Robert,Jeanine,Serge,Évelyne.

Ten participants travelled from all corners of the Midi Pyrenees to take part in the trip to the summit of Bassibie at 2,114 meters.

The weather forecast was very average on Saturday evening with the possibility of some rain and some fairly cool temperatures on Sunday.

The final rendezvous was at the Parc Prehistoric at 08.15 from where we made our way by car to the village of Gourbit just a few kilometres away.

The day started out fairly cool and cloudy but …no rain!  With Serge leading the way through the forest we quickly made our way to the lake Artax. A few early morning fishermen who didn’t appear to be having much luck were dotted around the lake trying hard to catch their breakfast.

After a 15 minute break and a quick snack and some photos we set off once more for the final push to the peak, Serge directing from the rear this time because Stephane was setting the pace. By now we were above the tree line and the views were spectacular, angry looking clouds adding drama to the scene.

We took time out for lunch on the peak sheltering behind boulders to get out of the wind.

Our fearless leader (Serge) led the way home via the Pic de Boucarle, Pla de Madame and Roc de Querquéou stopping for coffee along the way.

An excellent day out on the hill the weather gods looking after us bringing sunshine at the end of the day.

Quick stops in Tarascon for a welcome end of trip drink and de-brief before parting company completed the day

Many thanks to Emile for the organisation Serge (our fearless leader) for taking the trip and all of the participants.

 

 

 

 

Version française:

 

Dix participants venus de tous les coins de la région Midi Pyrénées pour prendre part au voyage au sommet Pic de de Bassibie à 2.114 mètres.

Les prévisions météo étaient très moyennes samedi soir avec la possibilité d'un peu de pluie et quelques températures assez fraîches dimanche.

Le rendez-vous final était au Parc préhistorique à 08.15 de là nous avons rejoint  le village de Gourbit à seulement quelques kilomètres.

La journée a commencé assez frais et nuageux, mais ... pas de pluie! Avec Serge qui ouvre la voie à travers la forêt, nous avons rapidement atteint l’étang d’ Artax. Quelques pêcheurs tôt le matin qui ne semblent pas avoir beaucoup de chance éparpillés autour du lac en essayant en vain d'attraper leur repas.

Après une pause de 15 minutes et une collation rapide et quelques photos, nous partons une fois de plus pour la poussée finale vers le sommet, Serge dirige de l'arrière cette fois parce que Stéphane a donné le ton. A présent, nous sommes  au-dessus de la ligne d'arbre et les vues sont spectaculaires, des nuages qui cherchent « en colère » ajoutant du drame à la scène.

Nous avons pris le temps pour le déjeuner sur le pic nous abritant derrière des rochers pour nous protéger  du vent.

Notre chef intrépide (Serge) a mené le retour via le Pic de Boucarle, Pla de Madame et Roc de Querquéou  avec un arrêt  café le long du chemin.

Une excellente journée sur les crêtes, les dieux de la météo devaient nous chercher car le soleil se montre à la fin de la journée.

Un arrêt rapide à Tarascon pour un pot de l’amitié avant de nous déparer et  terminer cette journée.

Un grand merci à Emile pour l'organisation et Serge (notre chef intrépide) pour diriger la balade et merci à tous les participants.

 

If you are keen to make this trip yourself the attached map will provide an out lineof the route.

(Si vous êtes désireux de faire ce voyage vous la carte jointe fournira un aperçu de l'itinéraire)

 

Jack Magill

Photos : Serge, Evelyne,Jack, André, Nicole.

19 juin 2016: Tuc du Bouc

La météo est bien capricieuse ; en ce mois de juin, voici que notre belle montagne fût recouverte cette semaine encore d'une belle petite couche de neige.
Du Tuc des Hèches initialement prévu avec ses pentes raides et sa crête effilée je réoriente la rando vers le Tuc du Bouc, bien plus sécurisant au vue de la météo annoncée moyenne.
Fréchendech 07h30, nous sommes deux à nous élancer par un sentier tout détrempé par les dernières pluies. Nous progressons tranquillement dans la hêtraie, les chaussures et les guêtres pleines de boue, mais nous ne désespérons pas à la vue des éclaircies qui commencent à pointer du nez.
Une pause méritée s'impose à la cabane d'Illau avec un ciel tout bleu, enfin presque...
Nous continuons notre rando en filant vers le refuge de l'étang d'Arraing et ses 3 petits degrés... Oui 3 degrés seulement au refuge à 11h00 du matin, vite on s'habille, un café bien chaud puis nous voici de nouveau en marche pour finir les quelques 300m environ qui nous séparent du Tuc du Bouc qui se retrouve de nouveau dans la brume.
C'est à 12h30 que nous passons à table sur la terrasse du refuge et à l'abri du courant d'air.
Le retour se fait par la variante qui nous mène à la chapelle de l'Isard qui nous permet de faire une petite bouclette avec un temps plus clément que là-haut avant de s'en revenir sur Fréchendech

 Christophe

12 juin 2016: Via ferrata de Vicdessos

C'est une idée originale qui nous était proposée ce dimanche 12 juin à Vicdessos. Au programme, grosse ambiance, adrénaline, verticalité; le tout dans un cadre grandiose où se côtoient et  s'imbriquent  les falaises de calcaires, et une végétation aussi surprenante que diverse. Tout  cela bien sûr, se déroulant avec la sécurité maximale que requiert ce genre d'aventure. Peu d'adhérents ont répondu à cette proposition hors du  commun et c'est regrettable.  Nous déplorons que le dévouement des encadrants ne soit pas plus encouragé, la gratification  étant la seule richesse du bénévolat.

René

25 mai 2016: Sortie Falaise à Rémillassé

 

      Nouvelle sortie falaise en Couserans. Nous sommes cette fois-ci allés jeter notre dévolu sur le site de Rémillassé, juste au-dessus de Moulis. Bien que cette barre rocheuse ne soit pas d’une grande ampleur, elle réserve une belle grimpe, variée, où force et dextérité ont chacune leur place à tour de rôle. Grattons qui broutent les doigts ou à-plats fuyants… à chaque secteur sa particularité. Les uns et les autres ont ainsi pu s’essayer à tout type de grimpe grâce aux cordes installées par Olivier.

 

À 20h05, il a presque fallu insister pour vider les lieux tant l’écoulement du temps est devenu une grandeur lointaine et superficielle.

Vivement la prochaine sortie!

 

Cyril

 

 

Photos: Emile S.

18 mai 2016: Sortie Bloc à Montégut

Une après -midi à lover le rocher. Un rocher bien abrasif dont les doigts vont se souvenir un moment. Une ligne rocheuse rien que pour nous dans un écrin de verdure plongé dans un silence reposant que seul le sifflement des oiseaux habille de sons mélodieux.

Vivement la prochaine sortie!

Merci Olivier pour la découverte de ce site.

cyril

Photos: Philippe M.

4 mai 2016: Sortie falaise Prat Bonrepaux 15h-20h


Il y avait le 5 à 7, il y avait l'heure du thé, il y avait l'heure de la messe, il y avait l'heure de rien,  il y a maintenant le 15h-20h pour l'escalade... et à Prat c'est l'heure top, juste après la bascule du soleil, pour grimper à l'abri des grosses chaleurs. Prat, falaise d'hiver et d'été, falaise pour les fainéants ou les énervés, bref la falaise idéale, aux portes du Couserans.
Plein de belles voies pour tout le monde, les plus motivés ont tiré sur les doigts jusqu'à plus de lumière...une bonne préparation pour Rémillassé dans 15 jours...
Olivier"

16 avril 2016: Tuc du Coucou

Une météo « capricieuse » nous décide à une destination de remplacement.
Le choix est vite fait, nous jouerons à domicile, cap sur le Tuc du Coucou !
Facile dirons certains, mais l’azur est pur, l’ascension agréable et le panorama, depuis la cabane du Clot du Lac, magnifique. Vision sommitale de Valier à Calabasse très lumineuse et toute la basse pleine à nos pieds, idéal pour une pause repas et farniente en suivant.
Le vent seul qui se lèvera en fortes bourrasques nous délogera de notre perchoir.
Journée très agréable qui se clôturera par un pot de l’amitié à Castillon.
Merci à tous d’avoir partagé ces moments simples.

 

Émile.
Photos : Émile et André.

 

9 avril 2016: Séjour au Bésines

Départ du col skis aux pieds sur une neige fraichement tombée. Malheureusement, la porteille d'En Garcie est engloutie dans l'épaisse couche de nuages qui nous a enveloppée toute la montée jusqu'au col du Puymorens.

Visibilité nulle, vent de folie, conciliabule, et retour voiture dans un jour blanc mémorable.

L'honneur est sauf, les victuailles transportées pour la soirée sont déballée lors du repas de 14h à Merens, sous un ciel tourmenté ne sachant choisir sa couleur. Les sommets, eux, resteront drapés de blanc, épais.

cyril

3 avril 2016: Pic du Lion