Actualités

Partage Handicap - 16 et 17 septembre 2017 (sam., 16 sept. 2017)
>> Lire la suite

Grand Parcours Randonnée à Vers-sur-Lot (sam., 16 sept. 2017)
>> Lire la suite

Week-end HandiCAF (sam., 09 sept. 2017)
>> Lire la suite

Sorties du 21 au 27 août. (lun., 07 août 2017)
>> Lire la suite

Culture pyrénéenne avec l'ANA (mar., 01 août 2017)
>> Lire la suite

Les adhésions sont ouvertes!

Venez nous rejoindre en cliquant ici.

Cotation difficulté alpinisme escalade

Alpinisme

 

2 entrées : la cotation technique globale de la course et la cotation engagement/éloignement

 

Cotation technique globale

 

Des cotations escalade et glace peuvent être ajoutées pour des passages techniques spécifiques

F  Facile

Terrain de marche facile (éboulis, arête de blocs facile)

Névés faciles, pratiquement pas crevassés

 

PD Peu Difficile

Le plus souvent encore terrain de marche facile, sûreté du pas accrue, passages d'escalade clairement disposés et sans problèmes (cotation escalade : 2 à 3)

En règle générale pentes peu raides, brefs passages plus raides, peu de crevasses

 

AD Assez Difficile

Assurage nécessaire à multiples reprises, passages d'escalade plus longs et exposés (cotation escalade 3 à 4)

Pentes plus raides, occasionnellement assurage avec relais, nombreuses crevasses, petite rimaye

 

D Difficile

Bon sens de l'itinéraire et maniement de corde efficace sont nécessaires, longs passages d'escalade, demandant le plus souvent l'assurage avec relais. Cotation escalade 4 à 5, début des cotations glace.

Pentes très raides, demandant le plus souvent l'assurage avec relais, nombreuses crevasses, rimaye importante

 

TD Très Difficile

Assurage avec relais constamment nécessaire dans les sections difficiles, escalade continuellement exigeante. Cotation escalade 5 sup / 6a

Terrain escarpé continuellement, assurage avec relais continu

 

ED  Extrêmement D.

Ascensions de parois demandant un grand engagement. Cotation escalade 6b à 6c

Passages très raides et verticaux.

 

EX ABO Abominable

Ascensions de parois extrêmement raides, en partie surplombantes. Cotation escalade supérieur à 7a

Escalade sur glace extrême

 

 

Cotation engagement/éloignement (en chiffre romain)

 

                 I : L'itinéraire est court et s'effectue rapidement. Comme il est proche de la vallée, du refuge ou d'une remontée mécanique, les secours sont vite alertés et peuvent intervenir quel que soit le temps. Il est possible de faire demi-tour à tout moment. Par convention, les grandes voies sportives de basse altitude et les cascades de glace bien équipées ont un engagement de I.

                 II : L'itinéraire est plus long (4h environ) et se déroule donc un peu plus loin de la vallée, du refuge ou d'une remontée mécanique. Néanmoins, il est possible de faire demi-tour à tout instant. Les secours peuvent être avertis assez rapidement.

                 III : L'itinéraire s'étale sur plus d'une demi-journée et ne se déroule plus aux abords directs de la vallée, d'un refuge ou d'une remontée mécanique. Il n'est plus forcement visible depuis la civilisation. La retraite est possible mais commence à être délicate. En cas de mauvais temps, les secours peuvent connaître de grosses difficultés pour apporter leur aide aux alpinistes.

                 IV : L'itinéraire s'étale sur une journée complète. Il n'est pas accessible directement depuis une vallée, un refuge ou une remontée mécanique. Le parcours est long et n'est en général pas visible depuis la civilisation. La retraite est délicate. Un point de non retour peut être rencontré. En cas de mauvais temps, l'itinéraire peut s'avérer très dangereux et les secours ne peuvent intervenir.

                 V : L'itinéraire est très long et demande entre 12 et 24h d'effort. L'accès est difficile. La retraite est délicate dès l'attaque de la voie. Rapidement il n'est plus possible de faire demi-tour. Les échappatoires sont rares et délicats. En cas de mauvais temps ou de problème, les alpinistes doivent compter sur eux-mêmes.

                 VI : L'itinéraire est long et peut demander plusieurs jours. L'approche est aussi longue et délicate. L'itinéraire est totalement isolé. Une fois engagé, il n'est plus possible de faire demi-tour. Les échappatoires sont des courses en soi. Une totale autonomie de la cordée est requise dans la difficulté.

 

Escalade

 

                 2 : On peut-être amené à utiliser les main pour maintenir l'équilibre

                 3 : On est appelé à utiliser fréquemment les mains et à 'tirer' sur les prises

                 4 : Les mains sont obligatoires, les prises sont nombreuses et très bonnes, on peut passer de nombreuses façons différentes, la paroi ne dépasse que très rarement la verticale.

                 5 : Les prises se font plus petites et moins nombreuses. On a encore plusieurs solutions pour passer la paroi est franchement verticale (sauf évidemment pour les voies en dalle) et peut même la dépasser.

                 6 : Les prises sont franchement petites, plus rares, plus difficiles à tenir et plus espacées. On n’a le plus souvent qu’une seule façon de passer, les mouvements se font plus durs, on rencontre de plus en plus de dévers.

                 7 : Les prises sont très petites, peu nombreuses espacées, on n’a qu’une seule façon de passer, le dévers se fait de plus en plus présent, un entraînement spécifique devient nécessaire.

                 8, 9 : tout se complique encore, non seulement l’entraînement est indispensable mais les voies doivent être travaillées (sauf pour quelques extra terrestres), les prises ont disparu . C’est le haut et très haut niveau réservé à une élite peu nombreuse.

                  

Escalade artificielle :

 

                 A0 : tous les points sont en place et résistent à une chute. Si vous rencontrez dans une voie de plusieurs longueurs une section A0, c’est généralement une longueur dite « tire clou », qui vous aide à franchir une section difficilement réalisable en libre ;

                 A1 : le grimpeur équipe lui-même la voie ou une partie de celle-ci, les points résistent à la chute. Le matériel utilisé est composé de pitons, de coinceurs, de friends, de coins de bois.

                 A2 : La cordée équipe la totalité de la voie. La majorité des points résistent à une chute. Certains passages sont plus techniques et les passages délicats correspondent entre 5 et 10 points successifs.

                 A3 : Les passages techniques sont plus longs et peuvent être réalisés sur crochets. Néanmoins des points bétons du type spits ou pitons scellés sont en place entre les passages techniques. La chute potentielle peut atteindre entre 20 et 25 mètres.

                 A4 : Très longues sections techniques, les points de progression (à opposer aux points d’assurage) peuvent avoir 10 mètres d'écart. La progression devient plus lente. Une longueur peut demander plusieurs heures. Des points solides entrecoupent ces sections très délicates. La chute potentielle peut atteindre les 50 mètres.

                 A5 : Extrême, tous les points sont des points de progression et pas des points d’assurage. La chute est interdite. L’ascension d’une longueur peut devenir interminable, de plusieurs heures à la journée.

                 A6 : Les points ne résistent qu’au poids du grimpeur. Les points et même les relais ne résistent pas à un vol. La chute est donc strictement interdite.

 

Via ferrata

 

F • Facile

 

PD Peu Difficile

Quelques passages on l'on tire un tout petit peu sur les bras ou quelques passages "un peu" en hauteur.

 

AD Assez Difficile

Passages verticaux, parfois vertigineux car loin du sol.

Passages sur des ponts un peu vacillants.

Passages plus délicats pour la progression.

 

D Difficile

Passages verticaux assez physiques.

 

TD Très Difficile

Passages très physiques, souvent en dévers. Ces passages sont vite très éprouvants pour les bras...

 

Cascade de glace

 

Cotation technique

                 1 : Balade sur glace avec crampons. On commence à utiliser les piolets tractions et les broches à glaces. Itinéraire avec des passages à 60°

                 2 : Une longueur à 60°, courtes marches raides, glace de bonne qualité, bonnes protections et bons relais. Passages à 60/70 avec de bonnes possibilités d'assurage (qq mètres possible à 80°)

                 3 : Glace à 70/80° glace épaisse. Parties raides mais bons repos et bonnes protections et relais.

                 4 : Glace à 75/85° entre de bons relais, avec une partie raide ou verticale (inférieur à 10m),. possibilité de bonnes protections et relais.

                 5 : Une longueur plus sérieuse (soutenue avec un grand passage supérieur à 20m à 85/90°, requérant une bonne aisance technique.

                 6 : Une longueur très soutenue supérieur à 35m à 85/90° et passage possible à 95°, avec peu de points de repos, relais pendus. Moins bonnes protections. Haut niveau technique indispensable.

                 7 : Une longueur verticale en glace fine ou de mauvaise cohésion. Protection difficile ou impossible. Mental inébranlable indispensable. Expert only !

Engagement et éloignements pour les cascades de glace

                 I : Escalade courte, relais protégés, descente facile. Aucun engagement, pas de danger objectif.

                 II : Une ou deux longueurs, peu de dangers objectifs ou sur de courtes portions de l'itinéraire. Descente en rappel.

                 III : Plusieurs longueurs ou approche longue demandant une bonne connaissance des déplacements en hiver. Danger objectif sur une bonne partie de l'itinéraire.

                 IV : Dangers objectifs pendant l'approche ou l'ascension. Descente longue ou obligation de continuer pour sortir.

                 V : Itinéraire long souvent en haute montagne. Parcours délicat et engagé posant des problèmes de choix d'itinéraire et d'assurage. Descente difficile, retraite aléatoire.

                 VI : Longue voie dans une face alpine ne pouvant être escaladée en une journée que par les meilleurs grimpeurs. Problèmes logistiques liés aux hivernales, l'altitude et l'éloignement.

                 VII : Grade VI, mais avec une ampleur et une continuité telles que la voie justifie un grade supplémentaire.

Complément pour les cascades

Pour les voies difficiles, on peut préciser les caractères exceptionnels par :

M : pour les voies mixtes


R : pour la glace très peu épaisse


X : pour les structures fragiles